Ayutthaya, cité pleine d’histoire aux vestiges magnifiques

Ayutthaya, cité pleine d’histoire aux vestiges magnifiques

Ayutthaya, voilà un endroit qui fait rêver rien qu’avec l’exotisme de son nom ! Orianne, la cousine de Janaïna, nous a conseillé l’endroit (décidément, l’avoir à nos côtés nous aura bien aidé en Thaïlande) étant donné qu’il n’est qu’à 80 kilomètres de Bangkok. Pour s’y rendre, rien de plus simple, il faut aller à la gare de train de Hua Lamphong (accessible grâce au BTS) et il suffit simplement de se rendre au guichet pour acheter votre ticket. Les trains démarrent quasiment toutes les heures entre 4h du matin et 22h et le truc, c’est que ça ne coûte que 15 Baths (soit 0,40€) pour 1h30 de train et en 3ème classe évidemment. Le confort est pas comparable à la SNCF mais voilà une occasion de parler aux locaux !

Bon après, c’est du tirage au sort 😀 ! Nous sommes tombés sur une personne pour le moins non ordinaire, sans doute atteint de troubles mentaux ou autre (peut-être d’un excès de prise de drogue étant donné ces mimiques particulières) mais bref de quoi nous réserver un voyage atypique. Finalement, d’autres thaïlandais se sont joints à nos sièges, se demandant de quel endroit cet homme sortait (il mâchouillait des espèces de piments baignant dans l’huile et nous les proposait avec ces doigts dégoulinant qu’il léchait dans des bruits de succion horrible ^^). Il n’était pas méchant, au contraire, et alors que nous discutons avec une autre personne, un vieux père de famille très gentil, il s’étrangle en buvant dans sa bouteille d’eau tout en me crachant dessus. Se faisant rouspéter par l’homme avec qui nous discutions, il s’excuse pendant un moment et repart dans sa bulle. C’était assez drôle au final, rien de bien grave.

Arrivés en gare d’Ayutthaya, nous suivons le troupeau et nous nous rendons finalement en face de la rivière Pa Sak (qui croise son chemin avec le fameux Chao Phraya). Nous la traverserons en bateau depuis la jetée prévue à cet effet. Ce sera le temps d’une petite balade de deux minutes pour atteindre la rive opposée (et ça doit coûter 5 Baths par tête).

Une fois de l’autre côté, nous progressons à pied et irons manger à l’EARL Restaurant (bonne adresse si vous voulez manger thaï). Suite à ce déjeuner, nous irons au temple de Wat Maha That, l’un des plus emblématique de la ville. Mais avant toute chose, c’est quoi Ayutthaya ? C’était la capitale du royaume du même nom (la ville succéda d’ailleurs à Sukhothai) pillée par les armées birmanes par le roi Bayinnaung en 1569 et détruite par celles de l’un de ses successeurs en 1767 (la ville garde les stigmates des décapitations des statues de bouddha), date à laquelle le général Taksin, devenu roi de Thaïlande, se replia 80 kilomètres au Sud pour y fonder la nouvelle capitale Bangkok (merci Wiki !).

Donc nous irons au temple de Wat Maha That à pied, le plus connu d’entre tous car c’est là que l’on retrouve, entre autres, la tête d’une statue de bouddha incrusté dans les racines d’un arbre. En plus des marques laissées par l’histoire, des tremblements de terre ont également laissé des traces en transformant des tours en mini Pise. L’entrée pour ce temple est de 50 Baths (soit 1 €).

Alors que nous observons les différents temples sur la carte, et que nous nous rendons compte que les chauffeurs de Tuk-tuk enflent légèrement les prix, je décide de faire machine arrière pour aller récupérer un scooter qui nous coûtera 250 Baths à la location (soit 6 €). Une fois Janaïna récupérée sur notre deux roues, nous irons à notre hébergement pour la nuit, le Riverside House. Nous paierons 10 € pour une chambre modeste mais mignonne comme tout, et pour un moment de tranquillité face à la rivière Chao Phraya.

Ce dernier étant situé légèrement à l’extérieur de l’île principale, il est idéalement positionné pour visiter le Wat Chai Watthanaram et comme le soleil se couche dans quelques minutes, le timing est parfait ! Typique de l’architecture khmère, il se dessine telle une grande structure en quinconce, avec des tours formant un cadre, entourant une plus grande tour. Voyez plutôt. L’entrée est de 50 Baths par personne.

La nuit étant tombé, nous abandonnons les visites pour aller dîner. Le restaurant du Planet Earth sera notre sanctuaire pour ce soir, pizzas et bière belges !

Après une belle nuit de sommeil, où le ventilateur a été le seul rempart contre cette chaleur nocturne, nous prenons notre petit déjeuner à notre hébergement tandis que l’hôte cueille les fruits des arbres juste au dessus de nos têtes. Ne les ayant jamais vu nulle part, celle-ci nous en offre (on les appelle des sapotilles et ont une saveur assez caramélisée) puis des oranges et une pomme. Une vraie crème !

Nous ayant remis d’aplomb, nous reprenons notre tour de la ville avec le Wat Lokayasutharam, temple où “il ne reste” en fait qu’un bouddha allongé de 43 mètres de long sur 8 mètres de haut, qui est tout de même impressionnant. En réalité, ce bouddha est une rénovation des années 50 qui a été fait dans un style très différent de l’original. Toujours est-il qu’il est toujours le théâtre de nombreuses prières et offrandes des Thaïs. Au fait, cette visite est gratuite !

Autre curiosité digne d’intérêt, le Wat Phra Si Sanphet (entrée également de 50 Baths) car il représente l’un des plus grands sites. Autrefois une importante chapelle royale, les 3 chedis (structure architecturale bouddhiste) abritent les restes des 3 rois d’Ayutthaya du 15ème siècle et du début du 16ème. À ses côtés, le Viharn Phra Mongkol Bophit, qui est le seul temple encore en activité est malheureusement en pleine rénovation donc nous le laissons derrière nous. Au fait, si je pince mon nez sur les photos, c’est parce que pigeons et chauve-souris adorent chier dans les chedis ^^.

Personnellement, nous ne l’avons pas fait mais si vous n’avez que cet endroit pour aller voir les éléphants, allez à l’Elephant Palace. Le fait est que, aux dires des Thaïlandais, ces derniers semblent être particulièrement mal traités ! Et puis une balade le long de la route, c’est pas des plus agréables pour ces pauvres pachydermes.

Autre attraction, le Wat Yai Chaimongkhon (entrée de 20 Baths) a été construit suite à la victoire du roi Narusan envers un prince birman dans un combat singulier. Ce qui le caractérise, ce cloître entouré de 135 statues de bouddhas, son chedi de 62 mètres qui donne une vue imprenable sur la ville, et son bouddha allongé qui n’a désormais plus de toit sous lequel s’abriter à cause des effets du temps. Bref, un bien bel endroit plein de vie !

Le temps passe et nos ventres commençant à gronder, nous nous arrêtons dans une cantine thaïlandaise sur notre chemin et malgré les épices présentes, nous nous régalons !

Nous décidons également d’aller voir le Wat Phu Khao Thong qui signifie littéralement montagne d’or et qui est assez à l’écart du centre-ville (3 kilomètres au Nord). Mais malgré notre envie de le découvrir, ce dernier est également en construction, donc dommage pour nous.

Nous rentrons finalement, passant par le centre-ville et découvrant les locaux en pleine action (ou en plein dodo). Nous déposons le scooter, reprenons le petit bateau pour rejoindre l’autre côté de la rivière et prenons enfin le train pour retrouver la foule. Mais pour un court instant car pour nous, c’est le départ ! La Thaïlande nous aura réserver de bien belles surprises, dommage que nous n’ayons pas eu le temps de tout voir mais encore une fois, voilà une excuse pour y retourner !

Découvrez notre page YouTube

  • YouTube

Venez nous rejoindre sur Instagram 

Bangkok, fourmilière géante et paradis culinaire

Bangkok, fourmilière géante et paradis culinaire

Voilà comme annoncé dans l’article sur Koh Chang, nous atterrissons à Don Mueang tandis que Gwendoline et Thomas arrivent à celui de Suvarnabhumi. Ce jour-là, nous étions tellement pressés de les voir que nous sautons le petit déjeuner et les attendons devant la porte d’arrivée des passagers. Quand enfin les deux Bretons pointeront le bout de leurs nez, c’est avec des larmes de joie que nous nous serrons dans les bras car ça faisait un moment qu’on avait pas vu leur frimousse.

Pour eux, le choc climatique et culturel sera grand puisqu’en France il fait plus ou moins 5°C (ils auront même eu de la neige à leur escale en Ukraine) et ici nous approchons les 35°C. C’est dans un des beaux taxis rose de la ville que nous ferons le trajet de l’aéroport à l’appartement d’Orianne, la cousine de Janaïna, pour décharger quelques affaires dont nous n’avons pas besoin (un trajet de 45 minutes en taxi vers le centre coûte entre 250 et 400 Baths, soit entre 5 et 10€, dont une centaine de Baths pour les péages. Trois fois rien quoi).

Midi passé, nous irons dans un food-court au rez-de-chaussée du centre commercial d’Ekkamai pour leur premier repas en Thaïlande, et ils ne seront pas déçus. Malgré tout, le décalage horaire aura eu raison d’eux, nous décidons donc de rejoindre notre premier hôtel nommé le “Boss Mansion” (nuit à 30€ pour nous 4) pour nous reposer. Nous enfilerons vite fait un maillot de bain pour profiter de la piscine sous cette chaleur  écrasante mais nous échangerons dans un premier temps nos cadeaux de Noël et d’anniversaire (pour Gwendo). Par chance, de notre hôtel, nous serons à moins d’un kilomètre de l’appartement d’Orianne donc facile de se retrouver (il semblerait que Bangkok soit 8 fois plus étendue que Paris donc le monde est petit !), qui plus est, nous sommes à 500 mètres de la gare routière d’Ekkamai pour aller à Koh Chang, c’est donc parfait pour le lendemain. Après milles et une discussion (de la vie qui nous manque en France et du bien de se revoir), des retrouvailles en bonne et due forme, et nos estomacs se manifestant, nous décidons de nous bouger.

Nous retrouverons d’ailleurs Orianne et ses amis qui connaissent les bonnes adresses, dans la soirée pour y goûter de délicieux mets dans un food-court (une nouvelle fois), celui de Thong Lo, qui est bien caché des regards mais où l’on dégustera notre meilleur “Mango Sticky Rice” de Thaïlande (pour 100 Baths, soit 2,5€). Chacun prendra un plat différent pour que nous puissions picorer dans les assiettes, autour d’une bonne bière de 600 ML à moins de 2€ (ça c’est un peu le paradis…).

Le lendemain, c’est départ très tôt pour Koh Chang (l’article se trouve ici) puis après ça, ce sera découverte de la province de Krabi (c’est par ici cette fois-ci !).

Une fois de retour de Krabi, nous prenons un Airbnb (nuit à 29€ pour 4) situé bien plus loin que prévu du centre-ville de Bangkok, cependant nous sommes proches de l’aéroport de Suvarnabhumi où Gwendoline et Thomas prendront l’avion d’ici 2 jours. Être si loin ne nous facilitera pas beaucoup la tâche car nous devrons nous “battre” avec les chauffeurs de taxi pour ne pas nous faire avoir sur les prix (s’ils vous proposent un tarif, passez votre chemin, ce sera toujours plus cher que si vous utilisiez le “Taximeter”, le compteur quoi…). Il se fait tard mais nous voulons visiter le Palais Royal. Le chauffeur nous indique qu’il est trop tard pour visiter le monument (il n’est que 14h30 pourtant), il nous dépose donc sur la Khao San Road, “LA” rue des touristes mais qui se situe en marge des différents temples les plus célèbres de Bangkok.

Des touristes, il y en a à la pelle, et nous sommes inclus dans le troupeau évidemment 😀 ! On y trouvera des magasins de fringues en pagaille (pas un souci pour vous trouver votre petit t-shirt à l’effigie de la fameuse bière thaï la “Chang”), des bars en veux-tu en voilà, des salons de massage en pleine rue (ça c’est atypique !) mais aussi des scorpions à déguster qui en font l’une des attractions les plus en “vogue”… (triste réalité car ces scorpions, nous ne les trouvons désormais plus en Thaïlande du fait de ce commerce, on les importe du Vietnam ou du Laos). Janaïna se verra même proposer un ping pong show (je vous laisse aller voir de quoi il s’agit…).

Nous mangerons dans un des petits restaurants qui longe la rue et notre repas vite avalé, nous nous dépêchons de nous approcher du Palais Royal et du temple de Wat Pho sous un soleil de plomb. Nous apercevrons de loin une foule de personnes vêtues de noir, nous verrons également beaucoup de draps blanc et noir accrochés aux devantures des monuments, tout ceci en mémoire de Bhumidol Adulyadej, le roi de Thaïlande décédé il y a un an après 70 ans de règne et qui semble porter beaucoup d’importance aux yeux des thaïlandais. Ayant beaucoup apporté au peuple, étant considéré comme le père de la nation ou comme un symbole de l’idéal bouddhiste, la dévotion qu’ils portent à son égard semble démesuré. Nous resterons hébétés devant tant d’admiration ! Aujourd’hui, son fils est désormais le nouveau roi (il semble ne pas être autant apprécié de la population car réputé imprévisible, son image contraste avec celle de son père).

Arrivés au plus près des temples, un barrage de policier nous contrôle. Craignant les tentatives de coups d’état, l’armée joue la prudence et la sécurité est de mise. L’un des policiers demandera à Janaïna si nous revenons de Koh Phangan, où s’est déroulée la Full Moon… Un peu surpris, nous acquiesçons mais sommes décontenancés par la question. Y était-il ou il nous dit simplement ça car nous sommes 4 jeunes ? En tout cas, ça les fait bien rigoler. Barrage passé, nous longeons un coin de verdure aménagé en cantine géante (ce sont des offrandes toujours en mémoire du roi décédé, et chaque personne demandant de l’eau ou un repas sera servi gratuitement). Encore une fois, cela nous étonnera !

Devant le Palais, nous sommes bloqués par de gigantesques grilles tenues par un soldat élégamment vêtu et aussi stoïque qu’une statue. Les alentours restent tout de même très agréables à voir.

Nous rentrons finalement au temple de Wat Pho qui ferme ses portes à 18h par chance (l’entrée est de 100 Baths par personne). Nous avons d’autant plus de chances qu’il soit si tard car nous ne sommes pas bousculés, que dis-je, il n’y a personne !

Nous y verrons les 4 pagodes de Phra Maha Chedi Si Rajakarn de 42 mètres chacune.

Voilà un petit florilège des belles choses que nous aurons pu visiter au temple de Wat Pho :

Mais aussi le Phra Rabieng, une double clôture qui entoure la chapelle et qui est constituée d’une multitude de bouddhas figés dans le temps.

Le temple qui trône en plein milieu du Wat Pho, le Phra Ubosot, sera le théâtre d’une cérémonie bouddhiste. Nous y assisterons, dans un silence olympien.

L’endroit phare et connu comme le loup blanc, c’est ce bouddha couché de 43 mètres qu’on appelle aussi Phra Vihara of the Reclining Buddha. Le long de l’allée, plusieurs bols de bronze (au total 108) sont disposés et représentent les 108 symboles auquel le bouddha peut être identifié.

Au sortir du monument du bouddha allongé, les moines bouddhistes tapent la pose, histoire que je les prenne en photo. Les coquins !

Ce temple est sans aucun doute un incontournable dans la découverte de la Thaïlande.

La nuit commence à tomber, les couleurs sont magnifiques même dans cette ville qui brille par sa pollution !

Nous irons retrouver les folies de Khao San Road en tuk-tuk cette fois-ci, transport caractéristique de la capitale. Et tandis que Thomas et moi nous sustenterons pour une bouchée de pain, les filles se feront bichonnés pour se faire mettre des faux-cils. Ne sont-elles pas belles en mode sarcophage ?

Un soir, nous sommes retournés au food-court qui nous avait conquis dès notre arrivée mais que nous avions fait sans Gwendoline et Thomas, voilà une occasion de leur faire découvrir les joies culinaires des 4 coins du monde avec cet endroit. Il s’appelle le W Market et se situe à quelques pas de la station BTS Phra Khanong. Après ce repas riche en goùt, nous avons pour objectif de faire un peu la fête dans un endroit branché de Bangkok. Orianne nous ayant conseillé le Glow, nous nous y rendons mais malheureusement, ce soir, c’est une soirée spéciale et l’entrée est de 800 Baths, soit 20€ par personne ce qui ne nous convient pas vraiment… Nous irons donc à l’Insanity en taxi et de manière gratuite (taxi engagé par la boîte de nuit), endroit moins bien réputé. En gros, il porte bien son nom ! Nous y verrons beaucoup de lady boy, de prostituées, l’envers du décor de la Thaïlande. Janaïna et Gwendo étaient surprises de voir autant de “mecs” dans les toilettes de filles ^^. Mais la soirée s’est bien passée malgré tout !

Malheureusement, il s’agissait là de la dernière soirée de Gwendoline et Thomas. Il est donc temps de se dire au revoir, de constater une nouvelle fois que les “vacances” passent trop vite (je mets entre guillemets parce que nous le sommes partiellement depuis que nous sommes partis :D) et tandis que le propriétaire de l’endroit où nous logeons les raccompagne à l’aéroport, nous retournerons chez la cousine de Janaïna pour profiter des 4-5 derniers jours qu’il nous reste à écouler avant notre départ.

Comme nous nous sommes levés tard, et que la troupe d’Orianne également, nous nous lançons dans un brunch improvisé avec Orianne et sa troupe (avec des mets bien français !).

Dans l’après-midi, nous irons au Chatuchak Market (marché qui se tient le week-end) où je pense que vous pouvez trouver tout ce dont vous souhaitez (souvenirs, fringues, chaussures, bouffe, enfin quasiment tout !). Situé près de la station BTS Mo Chit, on ne peut pas le louper, il suffit de suivre le troupeau ^^.

Dans cet endroit, il ne faut pas avoir peur de se perdre. Il faut pénétrer dans les moindres petites ruelles improvisées si vous recherchez vraiment quelque chose. Pour Janaïna et moi, nous nous sommes laissés porter par le flot de visiteurs, et nous avons atterris dans la zone des animaux. Cette dernière n’est pas des plus agréables à voir car on y retrouve entre autres énormément de poissons dans des bacs d’un ou deux centimètres d’eau ou des écureuils enchaînés et tout cela dans une propreté douteuse bien entendu !

Bref, nous oublierons cette dernière partie du marché et irons dans une autre superbe adresse pour manger cette fois-ci du bon poisson façon thaï (oui, vous avez compris, Bangkok c’est la bouffe !). Ce lieu s’appelle le Sabai-jai, il y a souvent des petits concerts mais pas pour nous ce soir. C’était succulent, épicé bien entendu et comme partout ici, super cheap.

Autre adresse également à ne pas manquer, le NaNaSe Ramen pour des mets japonais qui vous explosent en bouche mais qui vous éclatent le bide. Un pur régal ! Oh, et si vous voulez boire de bons cocktails, le bar Iron Fairies fera amplement l’affaire dans un décor atypique (qui pourrait faire penser à l’ambiance d’Harry Potter en plein cours de potions…).

Ah, nous avons oublié de parler de ça ! Un bon moyen de locomotion et original, il faut utiliser le Khlong Boat. Nous l’avons utilisé lorsque nous voulions rentrer chez Orianne depuis le centre historique. Remontant la rivière Saen Saep, il vous permettra de traverser la ville d’ouest en est pour un prix absolument plus que raisonnable. Pour un trajet d’une dizaine d’arrêts (compter 20 minutes, 1/2 heure), nous avons dépensé la modique somme de 15 Baths (soit 0,40 €). C’est bruyant, mais économique et original. Et les mecs qui sont suspendus au bateau avec leurs jolis petits casques, c’est ceux à qui il faut donner l’argent pour avoir son petit ticket :).

Lors de notre dernier jour à Bangkok, nous cherchions à tout prix une lentille pour la GoPro que nous avions abîmé en Australie, depuis un petit moment d’ailleurs et nous avons parcourus tous les centre commerciaux d’électronique à proximité. Malgré les quantités indénombrables de magasins de téléphones, de PC, de télé, d’appareil photos, nous n’avons malheureusement pas trouvé cette fameuse pièce de rechange. Nous sommes allés au MBK Mahboonkrong Center mais à part un concert d’un boys band thaïlandais, de talentueux artistes et d’un délicieux food court au rez-de-chaussée, rien ne nous a marqué vraiment.

Même au Pantip Plaza, avec ces 7 étages (au moins) d’articles d’électronique, nous faisons chou blanc.

Enfin bref, malgré la découverte d’un Bangkok qui foisonne, nous allons prendre du bon temps dans une contrée un peu plus au Nord, à plus ou moins 80 kilomètres. De quoi découvrir un peu d’histoire sur le royaume de Siam. À plus tard !

Découvrez notre page YouTube

  • YouTube

Venez nous rejoindre sur Instagram 

Krabi et les légendaires plages de Koh Phi Phi

Krabi et les légendaires plages de Koh Phi Phi

Voilà, nous sommes dans la région de Krabi ! Nous avons pris un vol depuis Bangkok afin d’économiser une journée dans le bus et qui plus est le billet était relativement peu cher ! Arrivés sur la terre ferme, nous prenons le premier taxi vers le Krabi Sunset Village que nous aurons un peu de mal à trouver car il est niché en pleine campagne de Krabi. Nous paierons 500 Baths pour 4 (soit 12 €) pour le trajet en taxi, il faut compter plus ou moins 30 minutes depuis l’aéroport. L’endroit est certes reculé, mais offre un certain calme que les familles avec jeunes enfants apprécieront (si nous avions su, nous aurions sûrement été dans Krabi Town, mais c’est trop tard maintenant ^^). Bref, nous profitons d’une nuit bienvenue pour entamer les hostilités dès le lendemain (l’hébergement nous coûtera 352€ pour 4 personnes pour une semaine) !

Etant donné les distances qui nous séparent de tout ce que nous voulons faire, nous louons un véhicule pour une semaine pour 6000 Baths (soit 162€) auprès de l’accueil de notre hébergement (essence à notre charge, quelques 900 Baths pour faire le plein). Le véhicule étant flambant neuf et très sécurisant, parfait !

À bord du bolide, nous irons découvrir Krabi Town (à 45 minutes de là où nous résidons) et longerons le Pak Nam, l’estuaire de Krabi où vous y trouverez les collines karstiques aux formes arrondies au loin ainsi que bon nombre de sculptures dont la fameuse Crab Statue le long du quai.

La balade au bord de la rive est à faire, le truc c’est que nous avons été attiré par les odeurs enivrantes du marché qui ont finalement fini par réveiller nos papilles. Nous y découvrirons le marché de jour ainsi que le marché de nuit, meilleur endroit pour manger à sa faim et surtout pour 3 fois rien. Encore une fois, nous nous sommes vengés sur des mets plus succulents les uns que les autres…

Avant de retourner à Krabi, et comme nous sommes en pleine période de pleine lune (et que nous possédons un véhicule maintenant), nous décidons de faire un détour de plusieurs heures à Koh Phangan pour faire partie de la fameuse Full Moon. Nous sommes curieux face à cet événement qui réunit des milliers de visiteurs chaque année. D’accord, nous craignons les imbéciles mais nous serons tout à fait surpris. Pour l’aller, nous utiliserons la compagnie de ferry Seatran Discovery (78 € pour 4 personnes, le prix semble cher mais nous nous y sommes pris à la dernière minute donc pas d’inquiétude si vous vous y prenez à l’avance) et pour le retour nous passerons par Raja Ferry Port (plus connu et moins cher, nous paierons 32 € pour 4 personnes), les deux ports étant assez proches l’un de l’autre. Nous roulons donc pendant 3h30 – 4h et déposons notre véhicule en dehors de la station de ferry car elle est pleine à craquer (nous la laisserons dans un boui-boui qui se situe entre les deux ports, nous paierons d’ailleurs 200 Baths pour l’avoir laissé là une nuit). Bref, nous quittons le port, nous sommes nus comme des vers au vu des autres touristes qui trimbalent au moins une valise avec eux (ah mais oui, on ne vous a pas dit, le but c’est de faire une nuit blanche et de reprendre le ferry le lendemain matin :D). Sans sac à dos, sans rien, nous sommes prêts à mettre un terme à notre routine en Australie, et puis le fait que nous retrouvons nos copains de France, il fallait bien que ça se fête quelque part.

Bon, nous sommes quand même un peu mitigés à bord du ferry, un peu comme la météo à vrai dire. Il fait gris tout moche et les vagues m’obligent à m’endormir sinon ni une ni deux c’est le vomito assuré…

Après une escale à Koh Samui pour récupérer encore plus de fêtards, nous arrivons enfin à Koh Phangan après 3 heures de ferry. Le ciel semble se dégager et le soleil souhaite enfin nous accueillir pour cette Full Moon Party. Nous emprunterons une nouvelle fois ce taxi collectif qui nous amènera dans le centre, histoire de faire un peu de shopping pour trouver vêtements et peintures aux couleurs criardes et fluos.

Nous arrivons finalement à destination, sur la plage à l’autre bout de l’île. La musique commence à se faire sentir, les locaux commencent à sortir l’artillerie lourde (les fameuses buckets d’alcool et de la nourriture à foison), et les touristes arborent leurs plus beaux uniformes qui n’attendent que la nuit pour briller et se faire remarquer. Nous prenons le temps de découvrir les lieux, de lutter face au vent qui se fait assez rude, de s’égosiller en terrasse avant de dessiner sur nos corps des choses plus ou moins artistiques alors que la nuit tombe.

Tandis que le panneau “Koh Phangan is the moon the most beautiful in the world” s’enflamme, les touristes s’amassent sur la plage sans être au point de se marcher dessus donc c’est plutôt sympa.

Toujours est-il que comme nous avons commencé tôt, l’alcool nous est vite monté à la tête (d’ailleurs nous avons préféré acheté notre alcool dans le supermarché le plus proche avec des softs plutôt que de payer des buckets qui somme toute semblent assez ridicules vu le prix…). Nous profitons de la gentillesse des thaïlandais qui jouent le jeu en ce jour de pleine lune, mais aussi des spectacles de flamme (j’ai même joué le jeu de la corde enflammée sans me brûler les gambettes), des touristes aussi joyeux que fraternels car en effet, il y règne une ambiance si animée et hétéroclite avec toutes ces personnes venus du monde entier et d’environnements différents, que ça nous oblige à aller discuter, rigoler, danser ensemble (cela dit, je vous avouerais que l’alcool aide beaucoup dans la démarche ^^).

Bref, ça nous aura bien retourné le cerveau cette histoire, nous réemprunterons un taxi collectif pour nous ramener près du port vers 5 heures du matin. Et nous ferons les clodos sur la plage car la fatigue aura eu raison de nous (sauf Thomas qui nous a photographié à notre insu, petit cachotier !).

Le retour en ferry sera calme, ça nous permettra de finir la nuit que nous avions commencé. Au sortir du bateau, nous récupérerons la voiture après 10 minutes de marche, et là, grosse surprise, notre bolide ne démarre plus… Les feux n’étant pas restés allumés, nous nous posons pas mal de questions et allons demander aux propriétaires du boui-boui s’ils ont des pinces pour recharger la batterie. Ils appellent alors un ami qui viendra nous démarrer la voiture moyennant de l’argent… À ce moment là, nous sommes un peu bouche bée, le cul par terre, tout ce que vous voulez, car nous ne comprenons pas comment un si petit service puisse être monnayé ! Bref, nous refusons, il enlève instantanément les pinces de notre moteur et se casse comme un voleur. Et nous nous sommes comme des cons ! Je vais finalement voir leur voisin, un homme un peu âgé qui remuera son garage pour trouver les dites pinces et venir à notre rescousse pour notre bon plaisir. On le remercie encore !

Thomas prend le volant pour le retour, nous irons au passage dans un supermarché pour faire quelques courses, et il était 16h20. L’horaire est important car nous voulions acheter quelques bières (à croire que nous n’avions pas eu notre compte) mais il leur est interdit de vendre de l’alcool sur certaines tranches horaires et dans notre cas, c’était entre 14h et 17h si je me souviens bien. Nous avions simplement envie de rentrer, et quand on est au bout de notre vie, bah on tire la gueule, en témoigne ces jolis clichés :

Les autres jours, nous ne nous sommes pas ménagés pour autant car nous avions repris du poil de la bête, en effet, nous nous sommes lancés dans une visite très sportive. Nous irons visiter la Tiger Cave Temple ou le Wat Tham Suea (les donations sont fortement les bienvenues dans le temple au bas de la colline), sachant que tout autour s’y trouvent de nombreux temples et balades agréables. Les lieux abritent également un monument en mémoire du roi décédé il y a un an (de toute façon en Thaïlande, vous ne pourrez pas passer à côté des lieux de recueil), nous en parlerons plus en détail dans notre prochain article sur Bangkok.

La visite ne s’arrête pas à la simple grotte où se trouve le Tigre, on retrouve également une pagode chinoise assez récente dédiée à la déesse Guan Yin au pied de la colline.

La forêt attenante nous détendra les jambes avant la montée fatidique, nous nous y baladerons, découvrirons les habitations des moines et les arbres démesurés où nous sommes un peu ridicules en comparaison.

Mais voilà, il faut grimper les escaliers maintenant, quelques 1200 marches ! Soyez prévenus, c’est physique.

Plusieurs petits singes nous accueillent sur les premières marches, ils sont tous mignons mais viennent voler dans les sacs et mordre dans nos bouteilles d’eau (ils ont l’air assoiffés mais en sont quelques peu agressifs…).

Revenons à ces 1200 marches qui sont hautes et requièrent beaucoup d’efforts. Le fait de voir le numéro des marches pendant votre ascension aura soit 2 effets, soit ça vous donnera un coup de pied au cul, soit ça vous découragera ! Mais il faut vraiment aller au bout car au sommet c’est magnifique, le temple est constitué d’un plateau où de nombreuses statues de bouddhas dorés cohabitent (malheureusement) avec les antennes téléphoniques.

Le panorama s’étend à perte de vue sur une plaine aux jolis reliefs, l’endroit est propice aux couchers de soleil mais nous sommes en plein milieu de l’après-midi donc sur ce coup-là, nous passons notre tour.

Autre endroit où il faut se balader, c’est le centre de Krabi. L’endroit est très occidental, certes (pas mal de touristes européens) mais la plage d’Ao Nang est idéale pour un coucher de soleil. Vous trouverez des restaurants à foison et c’est de là que vous aurez le plus de chance de réserver vos excursions pour les fameuses îles de Koh Phi Phi, entre autres.

Lors d’une de ces soirées, c’était la Saint Valentin, Thomas et moi décidons d’emmener nos moitiés pour un petit homard face à la mer. Après avoir attendu que les filles se préparent en plein milieu de la plage (au moins 45 minutes, Thomas, corrige moi si je me trompe), nous profitons de ce repas qui tient toutes ses promesses.

Krabi, c’est l’un des meilleurs endroits pour rebondir vers toutes ces îles qui font rêver par leurs eaux transparentes. Depuis le centre de Krabi, nous avons booké une excursion sur les îles de Koh Phi Phi, somme toute hyper touristiques, mais faute de temps ce sera notre meilleure option. Nous dépenserons 1200 Baths pour 2 personnes (dont 200 Baths chacun pour l’entrée dans le parc national, soit 30€ au total par couple).

Départ du centre-ville à 8h30, dans un bus qui date de Mathusalem et qui fait de multiples arrêts pour récupérer ses clients. Nous arrivons enfin à la plage d’où tous les bateaux prennent le départ, nous renseignons nos noms aux guichets de notre “agence” mais c’est un peu le bordel car c’est là que se rassemblent toutes les compagnies du centre-ville qui proposent les excursions ! Bref, nous sommes quasiment les derniers à partir et ça commence assez mal.

Premier arrêt, la Monkey Beach, superbe plage où l’eau n’incite qu’à la baignade. Nous barboterons et par chance, nous ne sommes pas les uns sur les autres donc que demander de plus ?

Nous étions à l’intérieur du bateau au début mais nous réussissons à nous hisser sur le pont du yacht et par chance nous avons la possibilité de voir la Viking Cave, une haute grotte qui déchire les falaises de Koh Phi Phi Leh. On y apercevra des plateformes et des autels d’offrandes que les hommes ont construit en l’honneur des esprits de la grotte. C’est juste impressionnant !

Autre escale, le Pileh Lagoon, l’endroit que nous avons le moins apprécié ! En effet, malgré le décor idyllique, l’impression que nous avons eu était toute particulière. Ce n’est pas les bateaux en soi qui nous gênent même s’il y en a beaucoup, c’est plutôt tous ces touristes qui geignent et gueulent comme des enfants qui ne savent pas nager. Je vais reprendre les mots de Janaïna, c’était un aquarium à humains et ça nous a vraiment mis mal à l’aise…

Nous arrivons finalement à l’endroit tant attendu, Maya Bay, lieu mythique du film “La Plage” avec Leonardo di Caprio. Nous le savions, ça sera blindé de monde, et les quelques articles de blogs que nous avions lu sur le sujet ne nous ont pas menti.

Malheureusement, le temps se gâte au moment où nous débarquons sur Maya Bay mais ça ne nous empêche pas de prendre quelques petites photos.

Il est maintenant 13h, nous allons sur l’île principale de Koh Phi Phi pour déjeuner dans une sorte de cantine en bord de plage qui semblait juste fermée alors que nous débarquons. Le personnel est pas des plus agréable et la bouffe, ce n’est pas les mets succulents que nous avions mangé jusqu’à présent… Mais l’endroit où nous sommes est plutôt joli, il faut le reconnaître !

Après manger, nous effectuons la dernière escale de notre promenade toujours sur les îles Koh Phi Phi, malheureusement je ne retrouve plus le nom :/. Il y a encore et toujours pas mal de bateaux à cet endroit, dont certains avec la musique à fond où plusieurs jeunes s’enjaillent dessus. Toujours est-il que nous avons pris du bon temps à faire du snorkeling dans de très beaux fonds marins, avec une multitude d’espèce sous-marines différentes et colorées.

Au retour de cette expédition (sans mauvais jeu de mots, assez expéditive même si c’était assez sympa dans l’ensemble), nous retournons à notre hébergement et faisons un détour sur la plage de Yao Beach de l’autre côté de la rue. Celle-ci est décrite comme “à voir”, mais mis à part la vue d’ensemble qui est très agréable, le sable ressemble à de la poussière et pas mal d’ordures s’y trouvent. Donc on zappe !

Le lendemain, c’est aventure partagée pour chaque couple (nous nous refaisons une autre frayeur après avoir mis de l’essence, la voiture ne démarre plus une nouvelle fois ! Le personnel de la station a fait au plus rapide, sans compensation cette-fois :D). Nous avons offert une séance de massage / spa à Gwendoline et Thomas (au Vogue Resort & Spa), et nous irons pendant ce temps faire une séance de plongée sous les îles Koh Phi Phi, à Koh Bida, où la faune est diverse et variée. Nous paierons 7800 Baths pour 2 (soit 200 € à peu près) pour une double plongée sur deux spots différents avec l’agence de Kon-Tiki Krabi Diving, qui se trouve face à la plage d’Ao Nang. Nous ne savions pas qu’il fallait 2 heures pour se rendre sur le spot donc ce sera quasi une journée complète avec repas sur le bateau. Nous partons de la plage sur un long tail boat, sorte de grosse gondole avec un moteur de voiture à l’arrière. Niveau pollution, c’est pas génial…

Les paysages sont toujours aussi magnifiques avec ces énormes falaises qui émanent de la mer. Qui plus est, l’équipe est très sympa, à l’écoute et nous dans l’eau, PADI en poche, nous nous sentons de plus en plus à l’aise.

Nous aurons le droit à une tortue de mer, plusieurs rascasses, nous passerons malheureusement à côté de requins de récifs qui restent tapis dans l’ombre, et encore plusieurs autres espèces dont j’oublie les noms mais qui sont inscrites sur notre journal de plongée.

Le retour se fait très lentement car la météo se dégrade légèrement (c’est aussi pour ça que la visibilité des clichés est plutôt mauvaise…) et nous espérons qu’il ait fait beau pour Gwendoline et Thomas pour leur balade dans Krabi Town (mais ce n’était malheureusement pas le cas).

Voilà que sonnent nos dernières heures à Krabi, où nous avons vu des choses magnifiques, mangé des choses succulentes et des moins bonnes. Même si c’est blindé de touristes (nous n’imaginons pas Phuket, ça nous effraie…), l’endroit est très agréable et mérite le déplacement. Si vous avez du temps à tuer, je pense qu’il faut s’arrêter voir le Wat Kaew Korawaram que nous n’avons pas eu le temps de voir, de même que l’Emerald Pool et la Blue Pool qui se situent bien plus à l’est, mais voilà, faute de temps, il faut faire des concessions !

On se retrouve pour nos prochaines pérégrinations à Bangkok. Laa Kone (au revoir :p) !

Découvrez notre page YouTube

  • YouTube

Venez nous rejoindre sur Instagram 

Koh Chang, l’île aux éléphants à l’abri du tourisme de masse

Koh Chang, l’île aux éléphants à l’abri du tourisme de masse

Voilà, le premier article sur la Thaïlande voit enfin le jour ! Petite histoire drôle, nous étions tellement pressés d’y aller que malgré notre date de départ sur le billet d’avion, nous étions prêts à partir… dès la veille du départ. Mais bon, nous avons quand même patienter ! Donc depuis la maison de Neil près de Perth (voir l’article sur Perth), nous prenons un Uber pour rejoindre l’aéroport vers 00h ($50 le trajet pour 45 minutes de voiture) sachant que notre vol est à 5h du matin (nous avions peur qu’il n’y ait pas de Uber à 3h du matin). Enfin bref, le principal c’est que nous prenons notre avion :). Nous atterrissons à Bangkok, à l’aéroport de Don Mueang, (on garde l’article sur Bangkok pour la fin car nous y avons séjourné en arrivant et juste avant de quitter la Thaïlande), nous récupérons nos amis Gwendoline et Thomas cette fois-ci à l’aéroport de Suvarnabhumi et c’est proche de notre hébergement à Bangkok que nous prenons un bus local pour rejoindre la belle île de Koh Chang. Sur papier, ça semble vraiment proche mais nous commençons à comprendre le système dorénavant. Nous irons donc à la gare routière d’Ekkamai, près de la BTS (Bangkok Train Station) du même nom. Suite à l’achat des tickets au guichet qui comprennent le bus jusqu’à la gare routière de Trat ainsi que le ferry A/R Laem NgopKoh Chang et Koh ChangLaem Ngop (pour la modique somme de 370 Baths par personne, soit 10€), nous sommes prêts à rouler.

Arrivés à la gare routière de Trat, nous pensions que les tickets que nous avions acheté à Bangkok comprenait également le taxi collectif (qu’on appelle ici le “songthaew“) qui fait le trajet jusqu’au ferry mais ce n’était pas le cas (la barrière de la langue peut parfois nous faire comprendre tout de travers !). Nous payons donc 70 Baths par personne en supplément (prix que nous essayons de négocier avant de se rendre compte que ça n’équivalait qu’à 1,90€…). 15 minutes passent à bord du petit pick-up aménagé et nous sommes presque à la jetée du ferry, nous renseignons nos identités dans un petit boui-boui qui s’assurent que nous avons nos tickets de ferry puis enfin nous embarquons pour la traversée d’une heure. Le ferry est tout sauf rassurant mais plus les minutes avancent, plus on oublie l’état du bateau : les petites montagnes que l’on aperçoit au loin se marient tellement bien avec l’azur de l’eau…

Enfin sur la terre ferme, nous avons encore un peu moins d’une heure avant de rejoindre le Resort qui nous accueillera pour 4 jours et 3 nuits, le Bailan Beach Resort. Nous empruntons une nouvelle fois le fameux songthaew pour 100 Baths par personne (2,70 €) et retrouvons cette sensation (que nous avions connu en Indonésie) où le moteur crache ses tripes pour venir à bout d’une côte sans fin. Voilà, nous y sommes arrivés, 5h de bus, 1h de ferry, 1h30 de songthaews et une bonne demie-heure d’attente cumulée, de quoi aller se coucher juste après ^^ ! Enfin bon, nous allons d’abord nous poser tranquillement, admirer le paysage, fêter le fait que nous nous retrouvons et surtout manger à notre faim pour moins de 5 € ;).

Nous renouons également avec ce genre de petit déjeuner qui nous font, à coup sûr, oublier nos pauvres bols de céréales Weetabix en Australie, et c’est franchement une bonne chose !

En sortant de notre résidence, nous accédons à l’artère principale et jugeons bon de louer le scooter à la journée pour éviter d’être dépendants des taxis collectifs (250 Baths la journée soit 7 €, sachant que le litre d’essence est de 40 Baths soit 1,10 €). À nous la liberté, les cheveux au vent ! Sachant que Koh Chang signifie littéralement l’île aux éléphants, il serait bête de ne pas partager de moments en compagnie de ces pachydermes aussi impressionnants qu’intelligents. Nous irons donc au Kaibae Meechai Elephant Camp et malgré le bon moment passé, notre sentiment est assez partagé. Nous ne sommes pas bêtes, nous savons que ces éléphants représentent un business et ça saute aux yeux ! Nous nous sentons particulièrement mal à l’aise à l’idée de les voir enchaînés dans des espaces confinés. Le fait de les voir exécuter des gestes mille fois répétés pour des touristes qui se pavanent sur leurs chaises, ça m’éclate pas vraiment…

Nous trouvons donc un compromis, nous oublions le trekking à dos d’éléphants car les dossiers posés sur leurs dos en plus du poids des touristes ont vraiment l’air de les incommoder et nous optons pour une baignade avec deux éléphants de 3 et 4 ans qui se faisaient un malin plaisir à nous arroser. Fort heureusement, nous ne voyons aucun signes de maltraitances (apparents) même si les dresseurs ont tendance à tirer sur les poils des pachydermes lorsqu’ils désobéissent (et c’est énervant !). Au fait, ça semble logique mais pas pour tout le monde, même si les dresseurs vous invitent à grimper sur ces jolies “petites” bêtes, ne le faites pas, surtout quand ils sont si jeunes… Ça ferait sans doute une belle photo mais au détriment de leur santé, alors pensez-y ! Bref, nous apprécierons nager avec ces bébés qui s’amusent comme des petits fous, nous aurons également le droit à un gentil barrissement lors de la photo de famille :).

Suite à cette magnifique rencontre, nous pénétrons un peu dans les terres à dos de scooters pour passer un peu de temps près de la Khlong Phlu Waterfall. L’entrée est de 200 Baths par personne (soit 5 €), et il est nécessaire d’emprunter un sentier durant moins de 10 minutes pour y accéder. La cascade se situe en plein cœur de la jungle, entre deux falaises basaltiques et on y trouve un petit bassin où une dizaine de poissons viendront vous chamailler à peine vous poserez votre orteil dans l’eau (ça peut surprendre ^^).

Si vous souhaitez vous détendre, Koh Chang est l’endroit idéal. Le flot de touristes est assez modéré et il y règne une ambiance vraiment paisible. Parmi toutes les plages, on y trouve de très jolis coins, White Sand Beach en fait parti.

Et puis, c’est tellement facile de manger comme un roi, peu importe où vous vous arrêtez… Franchement, faire un séjour en Asie quand tu viens d’Australie, c’est l’un des meilleurs moyens pour comprendre à quel point la cuisine asiatique est l’une si ce n’est la meilleure du monde.

Les filles rencontreront des vendeuses ambulantes sur la plage, de quoi récupérer quelques babioles et quelques sourires en complément.

Sur la première plage où nous avions fait la rencontre des éléphants, Kai Bae Beach, il est possible de louer des kayaks à la journée, à la demie-journée ou même à l’heure. Nous débourserons 100 Baths par couple (2,5 €) pour une heure afin de mettre un pied sur l’île d’en face Ko Man Nai qui n’a que très peu d’intérêts sinon une vue juste parfaite sur Koh Chang qui mêle si bien ses reliefs à cette mer chaude et tranquille.

De retour de cette balade paisible (même si nous faisions la course comme de vrais gamins), nous initions une séance photo pour créer le souvenir face à ce soleil qui amorce sa descente.

Le silence ou le clapotis des vagues viennent border nos soirées à Koh Chang, très peu de bruits perturbateurs aux alentours et c’est fraîchement appréciable. Nous n’hésiterons pas à profiter de cette quiétude autour d’un massage d’une heure (pour 300 Baths, soit 7,5 €…), de quoi nous faire sombrer dans le sommeil (même si parfois leurs gestes sont assez appuyés et peuvent vous titiller un peu !).

Après cette brève escapade à Koh Chang, on se retrouve à Krabi dans le prochain article !

Découvrez notre page YouTube

  • YouTube

Venez nous rejoindre sur Instagram