Histoire et architecture à Malacca

Histoire et architecture à Malacca

C’est un peu tard et avec plein de boutons de moustiques que nous nous réveillons, la chaleur est toujours aussi présente. Autant vous dire que les douches froides sont plus que bienvenues par ici.

Vu l’heure qu’il est, on part se balader dans le centre à la recherche de restaurants pour déjeuner. Le soleil tape si fort qu’on privilégie une place à l’intérieur, climatisée.

Nous retournons ensuite à notre hébergement pour mettre à jour le blog, nos comptes Instagram, visualiser nos photos de la veille et pour préparer notre soirée à la mosquée Masjid Selat ou plutôt la mosquée sur l’eau. À notre grande surprise, nous ne trouvions pas la référence de cette visite sur le guide du routard mais notre repérage avant voyage nous a permis d’identifier ce bel endroit.

Il est 17h30, nous demandons aux quelques trishaws en centre-ville s’ils allaient jusqu’à la mosquée avec leur engin de fortune mais aucun ne voulait s’y aventurer puisque c’était trop loin, du style 25 minutes à vélo. Ah si, il y en a bien un qui a accepté, mais il était tellement vieux, en même piteuse état que son vélo, que nous ne voulions pas lui infliger de nous tirer jusque là-bas. Nous décidons alors de prendre un taxi pour un coût de 20 Ringgit (un peu plus de 4 €) et une fois arrivée, nous n’apercevons aucun taxi (dans nos têtes, on se dit, allez savoir comment on va rentrer !).

Très peu vêtus (short et débardeur), nous n’avons pas osé pénétrer dans la mosquée alors nous avons shooté sans nous arrêter jusqu’au dit coucher de soleil. Le calme environnant est salvateur, et c’est silencieux que nous photographions dans nos têtes ce moment apaisant.

C’est lorsque la nuit est complètement noire que nous décidons de revenir au centre historique, par contre, pas un seul taxi à l’horizon. On se demande comment on est sensé rentré, surtout qu’on est sur un petit îlot qu’on penserait abandonné car tous les bâtiments en construction ont été laissé pour compte. On demande finalement à un véhicule qui quitte les lieux et il s’avère que c’est un Grab qui passait par là (vous savez les Uber d’Asie), quelle chance ! Il nous prend 10 Ringgit, de quoi ne pas nous ruiner, parfait.

Arrivé dans le centre, nous déambulons dans les prémices du marché de nuit près de la Tour Taming Sari. Nous cherchons ensuite le trishaw le plus lumineux, le plus kitsch et le plus pimpant qui soit. Le p’tit rose Hello Kitty nous semble idéal pour remonter jusqu’au centre historique. GoPro à la main, nous immortalisons ce moment sur une musique de Justin Bieber, oui parce qu’ils ont des enceintes qui envoient du son aussi ! Pour 10 Ringgit, il nous dépose sur le rond point où tous les bolides sont exposés. Bon c’était vraiment une ballade pour dire qu’on est allé dedans ;).

On termine la soirée au marché qui se tient de l’autre côté du pont, face au quartier historique. China Town s’anime et c’est un marché très étendu auquel on assiste. On se faufile dans un restaurant sous un porche, nous ne nous souvenons plus du nom mais il y en a à la pelle. Repas fini, on déambule dans les allées histoire de faire notre balade digestive avant le petit sommeil qui nous sépare de Johor Bahru, notre prochaine destination.

Découvrez notre page YouTube

  • YouTube

Venez nous rejoindre sur Instagram 

En route vers Malacca, la terre des conquérants

En route vers Malacca, la terre des conquérants

Allez, on s’éloigne de ce mauvais souvenir pour nous que sont les Cameron Highlands. On retourne au Terminal de Tanah Rata et on embarque une nouvelle fois dans le bus pour Kuala Lumpur. Se dire qu’on a fait l’aller-retour sans rien y voir nous embête un peu mais on se dit que nous en verrons d’autres car nous ne nous arrêtons pas là !

Toujours pour 35 Ringgit par personne (soit 7,5 €), nous allons dans ce bus climatisé où nous nous écroulerons assez rapidement étant donné les virages qui nous bercent. Nous atterissons en moins de 4 heures à Kuala Lumpur, on se prend de quoi manger à la gare routière et on redécolle pour Malacca pour 21 Ringgit par personne (soit 4,5 €). Il faut compter un peu moins de 3 heures de bus (dans le cas où vous souhaitez vous renseigner sur les prix, se rendre sur Bus Online Ticket).

Une fois atterris au bon endroit, nous prenons un taxi pour 15 Ringgit qui nous dépose juste en face de notre guest house, le Jalan Jalan. Idéalement situé à quelques rues du China Town de Malacca, l’endroit ne paie pas de mine mais il a un certain charme, surtout pour 8 € la nuit. Bon d’accord, nous dormirons dans un lit superposé mais comme nos corps sont moites H24, c’est pas dérangeant en soi. Qui plus est, la personne qui nous accueille est un français expatrié donc pour tous les conseils sur la ville, ça nous aide vachement.

On dépose rapidement nos affaires et on s’équipe pour faire un petit tour du centre historique. Apparemment, nous nous trouvons dans la rue des guest house, on y trouve même des temples. Le centre historique, aux multiples influences coloniales, est très dépaysant, on ne se croirait pas en Malaisie.

Les quelques trishaw (ces vélos avec une remorque ^^) aux décors pittoresques nous font voyager et nous rappelle ce côté un peu kitsch qui caractérise cette partie de l’Asie (oui parce qu’on a vu aussi beaucoup de tuning).

Nous rentrons ensuite pour nous rafraîchir avant de se rendre dans un restaurant indien conseillé par TripAdvisor, le Pak Putra. En effet, beaucoup de monde y était, sur chaises et tables en plastique, nous nous délectons de ces mets particulièrement succulents. Nous terminons la soirée près du centre historique à prendre quelques clichés sympathiques avec les trishaw qui éclairent les rues de leurs couleurs chamarrées.

Nous allons finalement boire un cocktail au HardRock Café du coin avec un concert à l’affiche. Près de la terrasse qui jouxte la rivière, nous apprécions cette nuit chaude autour d’un verre et d’un peu de musique.

Découvrez notre page YouTube

  • YouTube

Venez nous rejoindre sur Instagram 

Convalescence à Cameron Highlands

Convalescence à Cameron Highlands

EnthousiasTes, nous l’étions dans le bus qui se dirigeait au Nord vers les Cameron Highlands. Nous avions pris un petit déjeuner au Starbucks Coffee près de notre hébergement à China Town et après avoir appelé un “Grab” (sorte de Uber pour l’Asie du Sud, encore plus avantageux que le taxi), nous avons rejoint l’énorme gare routière de Kuala Lumpur, le Terminal Bersepadu Selatan.

4 heures 30 de route pour atteindre le village bétonné de Tanah Rata, le point central des Cameron Highlands pour se reposer, faire des petites balades et déambuler dans les plantations de thé. Sauf que notre logement est à Brinchang, à 5-10 minutes en taxi de Tanah Rata. Ce village semble plus proche des différentes attractions et plus calme. On remarque tout de suite la fraîcheur bienvenue, il fait une vingtaine de degré et c’est clairement agréable.

L’hôtel Parkland est correct, la chambre également pour une petite vingtaine d’euros. Nous y resterons 3 nuits. Il est 17 heures lorsque nous y débarquons et nous décidons de squatter la chambre parce qu’il ne fait pas super beau, on en profitera pour mettre à jour le blog et préparer une première excursion pour le lendemain. Après plusieurs options, nous choisissons un parcours aventure proposé par l’hôtel, histoire que l’on ne se perde pas dans la forêt du coin (la Mossy Forest), par exemple.

On se prépare enfin pour aller manger et découvrir les lieux. Malheureusement peu de commerces d’ouvert, mais nous nous lançons dans un “restaurant” chinois sous forme de buffet. Sans écriteau en anglais, nous ne comprenons pas le concept, et le gérant nous aide dans la démarche. On choisit de manière hésitante les “mets”, on ne sait pas du tout ce qu’on mange mais on les choisit par défaut ou plutôt ceux qui ont l’air les plus attrayants. Le but étant de tout déposer dans le bouillon posé sur notre table. Il a très bon goût comparé à tout ce qu’on goûte au fur et à mesure, la mâche est douteuse, le goût est imperceptible et Janaïna décide donc d’agrémenter le tout d’épices pour faire passer la pilule.

Nous ne nous éternisons pas et allons plutôt se régaler d’une bonne série avant de dormir. Malheureusement, dans la nuit, l’isolation des fenêtres n’existe pas. La nuit est fraîche et on entend des chiens hurler à la mort et c’est alors malade que Janaïna se réveille. Nez bouché, gorge prise, tête qui tourne et courbatures, il lui est impossible de faire le moindre geste. Je décide donc de descendre et de reporter l’excursion à demain. Aujourd’hui, ce sera repos jusqu’à ce qu’elle aille mieux.

Finalement, 13 heures, il pleut sans discontinuer jusqu’au soir… Et pas le crachin breton ! Son mal de tête ne s’arrange pas et après avoir repensé à cette mauvaise nuit et ce mauvais repas, on se met en tête qu’on a peut-être  mangé du chien (qui sait…), en plus la pluie n’arrange rien à tout ça. On décide d’écourter l’escale aux Cameron Highlands et de partir dès le lendemain quitte à perdre une nuit d’hôtel et une excursion bon marché…

Nous n’avons pas fait le coup cette fois-ci mais le voyage n’est pas fait que de bonnes surprises !

Découvrez notre page YouTube

  • YouTube

Venez nous rejoindre sur Instagram 

Kuala Lumpur, son China Town et ses Batu Caves

Kuala Lumpur, son China Town et ses Batu Caves

Ce matin, c’est déménagement ! Direction notre 2eme piaule à Kuala Lumpur, cette fois en plein cœur de China Town, par contre, comme le check-in ne se fait qu’à 14h, nous décidons de nous rendre au Dragon Inn mais simplement pour y laisser nos bagages dans un lieu dédié et pour pouvoir manger sans contrainte.

On arpente alors les rues tous sourires, on pensait que ça grouillerait de monde mais ça reste convenable, c’est sans doute lié à la saison. Les commerces ambulants garnissent les rues et c’est plein de couleurs dans les yeux et d’odeurs dans le nez qu’on cherche un coin où manger. Evidemment, on se trouve un petit restaurant typiquement chinois pour déjeuner, nous sommes les seuls touristes au milieu des locaux mais le repas nous régale.

On file ensuite à notre auberge, on récupère nos sacs dans la “Luggage Room” et lorsque Janaïna récupère une de ses chaussures, une grosse blatte en sort. Super ! Bref, on monte au troisième étage, chambre sans fenêtres et assez petite comparée à notre premier hébergement, mais faut dire qu’on avait tapé fort, surtout avec la piscine en rooftop (surtout pour 25 € la nuit). Là, nous payons un peu moins cher (18 €) mais nous sommes au pied de China Town. En prenant l’ascenseur, on retrouve cet écriteau qui est assez répandu par ici.

En effet, pas de durian dans les lieux publics. La raison ? Son odeur. Un auteur américain l’a décrit ainsi : “Son goût et sa saveur ne peuvent être décrits que par le qualificatif… d’indescriptible, quelque chose que soit vous adorerez, soit vous détesterez. Votre haleine ressemblera à celle que vous auriez si vous aviez embrassé intensément votre grand-mère morte depuis des lustres”. Alléchant, pas vrai ?

Nous consacrons notre après-midi à la visite des “Batu Caves“, un ensemble de grottes qui constitue le plus grand sanctuaire hindou hors de l’Inde. Le train nous y amène depuis la station Kuala Lumpur vers la station du même nom, Batu Caves. Plusieurs autres grottes sont présentes sur le même site, mais nous n’y trouvons que peu d’intérêt sachant qu’elles ont toutes l’air en travaux. On poursuit donc notre chemin jusqu’à la dite grotte et on retrouve l’énorme et majestueuse statue de Murugan.

Encore une fois, la situation est gâchée par des travaux, décidément, ce n’est pas la bonne période pour visiter. Des échafaudages, des rembardes, des bouts d’édifices démolis, c’est vraiment dommage… Les 272 marches pour atteindre le sommet sont légèrement éprouvantes étant donné la chaleur, mais les quelques arrêts à contempler les singes qui se châmaillent sur les marches nous permettent de souffler un peu.

Une fois là-haut, c’est désert, à part une dizaine de touristes, quelques travailleurs qui s’attèlent à refaçonner les lieux et quelques personnes au niveau du temple central. Les odeurs de peinture, les bruits des disqueuses et ce no man’s land rendent le lieu sans âme. Nous ne nous attardons pas très longtemps et nous redescendons avec précaution toujours avec ces petits singes pleins de malice.

Pour la soirée, nous retrouvons un ancien collègue de Janaïna qui travaille en Malaisie depuis 1 an maintenant. Direction le quartier branché de Bukit Damansara, à la terrasse d’un café, pour se raconter les dernières nouvelles et les préceptes de la vie malaise.

Découvrez notre page YouTube

  • YouTube

Venez nous rejoindre sur Instagram 

Visite du centre-ville et plongée dans la culture malaise

Visite du centre-ville et plongée dans la culture malaise

Après un bon gros dodo de… 12 heures, nous définissons notre première étape de la journée : rejoindre le Central Market. Considéré comme un lieu d’intérêt pour la culture et le patrimoine malais, il regroupe de multiples vendeurs où se mêlent produits artisanaux de tout type. Soyez en sûrs, il y en a pour tous les goûts. Mais comme nous sommes simplement de passage en Malaisie avant d’aller à Bali et en Australie, nous décidons de ne pas nous encombrer encore plus que nous ne le sommes. Janaïna emporte juste avec elle du henné sur le bout de ses doigts.

On se laisse ensuite porter dans la ville pour admirer plusieurs édifices aux architectures distinctes. Nous ne tombons malheureusement pas au bon moment car d’innombrables chantiers viennent gâcher le paysage. La mosquée Masjid Jamek en fait les frais, entourés de plots rouge et blanc, ça ne donne pas envie de la prendre en photo malheureusement. L’édifice du Sultan Abdul Samad jouit par contre d’un contraste fort avec les buildings avoisinants. Situé en face du Merdeka Square, ancien emplacement où l’on jouait au cricket, il est l’ex-QG du gouvernement colonial anglais et est devenu le siège de la cour suprême malaisienne.

On continue de marcher pour tenter de trouver le parc aux oiseaux “KL Bird Park” et c’est après une grosse côte et plusieurs questionnements aux policiers de passage que nous trouvons notre chemin. Pour pouvoir partager un moment avec tous ces volatiles, il vous faudra dépenser 50 Ringgit par personne, soit un peu plus de 10 €.

Nous avons manger entre temps au restaurant du Parc, pour faire taire nos bidons et profiter un peu de la clim’ car il fait une chaleur suffocante dehors. Il faut compter plus ou moins 75 Ringgit (16 €) pour un repas local avec des boissons fraîches donc comparé en France, c’est plus que correct.

Deux zones séparent le parc, celle du départ est plus plaisante car vous déambulez au milieu de multitudes d’oiseaux même si au final on peut peut-être trouver ça répétitif, de l’autre côté, on retrouve moins d’oiseaux mais des plus rares comme les calaos, emblème du Sarawak.

Au final, le parc est pas mal dans l’ensemble, il vous occupera pendant minimum une bonne heure et demie et si vous aimez les oiseaux, ça vous plaira sans aucun doute. Par contre, nous n’avons pu assister aux spectacles car nous arrivions toujours juste après qu’ils se soient déroulés…

Nous avons choisi ensuite de rejoindre le Thean Hou Temple en taxi, toujours pour une bouchée de pain. Dédiée à la déesse du paradis, de nombreux croyants viennent pour prier et déposer de l’encens. Nous avons joué le jeu et pu prier comme les autochtones après une donation.

Le temple est également le théâtre de plusieurs mariages par jour.

Nous avions déjà beaucoup marché mais nous avons décidé de tenter d’atteindre KL Sentral à pied. Nous ne connaissons pas la route mais à tâtons nous tombons finalement sur des panneaux nous indiquant la direction. Cette anecdote est tout à fait positive car nous tombons sur le quartier très vivant de Little India, que nous n’aurions pas trouvé autrement car nous l’avions oublié dans notre roadmap.

Bref, nous atterrissons finalement à coup de train à notre chambre au 31ème étage. Il fallait qu’on se dépêche pour pouvoir capter le coucher de soleil près de la piscine en rooftop. C’est chose faite à quelques minutes prêts et la vue, comme nous vous avions prévenu, est à couper le souffle. Une fois posés dans la piscine, le panorama et silence de la nuit font le travail.

Les minutes passent paisiblement, c’est bien beau de traîner mais il faut penser à manger. Déjà 22h, nous optons pour le centre commercial du coin, le Sunway Putra, pour clôturer cette journée riche en découverte et en kilomètres parcourus (au moins 16).

À demain ou plutôt “Jumpa esok” !

Découvrez notre page YouTube

  • YouTube

Venez nous rejoindre sur Instagram 

Arrivée à Kuala Lumpur et découverte de notre nouvel environnement

Arrivée à Kuala Lumpur et découverte de notre nouvel environnement

C’est rincés qu’on arrive à l’aéroport mais excités de voir ce qui nous attend. On pensait être accueilli sous la pluie mais le soleil timide derrière les nuages est là. On a toujours tendance à se fier aux météorologues, et encore une fois, on se trompe. Annoncés 3 jours de pluie et pourtant, c’est 3 jours ensoleillés que nous avons passés à Kuala Lumpur. Bon certes, la chaleur et l’humidité nous accablent dès la sortie de l’avion et le moindre pas vous fait suer comme jamais mais le but est de s’y habituer. On retire ensuite de l’argent à l’aéroport et on estime à 700 Ringgit nos dépenses sur 3 jours, ce qui équivaut à 150 €, en comptant les transports, la bouffe et les activités touristiques. Donc toujours depuis l’aéroport, on prend le KLIA Ekspres pour rejoindre KL Sentral, comptez 55 Ringgit par personne soit une douzaine d’euros pour une demie heure de train. La gare KL Sentral est énorme et ça grouille de partout. On prend ensuite le KMUTER pour rejoindre la station Putra, à 3 stations de KL Sentral pour 1,90 Ringgit et finalement notre résidence qui se trouve à quelques mètres (Regalia Résidence).

La démesure, ça fait aussi partie de la Malaisie. Les immeubles autour de nous sont si immenses qu’ils nous donneraient presque le vertige. Notre résidence comprend 4 grandes tours, jointes par un hall verdoyant et ses petites fontaines. Egalement une salle de sport en accès libre, un petit supermarché, un petit café pour le petit-déjeuner et la femme qui nous montre notre chambre nous indique qu’il y a une piscine (en plus de celle au 5ème étage) et un restaurant au 37ème et dernier étage d’une des tours.

Trouvé sur Airbnb pour 25 € la nuit, nous ne nous attendions pas à tomber sur de si bonnes prestations. L’appartement est grand et tout confort. Nous avons notre propre chambre et deux anglaises pas très bavardes possèdent l’autre chambre.

Bon c’est pas le tout mais on aimerait bien voir de quoi la ville regorge et la première attraction sera donc les Tours Petronas. Inaugurées en 1998, elles culminent à 452 mètres soit 88 étages. Il est possible d’y monter pour 85 Ringgit mais seulement à mi-hauteur. Nous décidons de ne pas le faire pour le prix que ça coûte…

En attendant, nous nous empressons de prendre un petit souvenir du lieu.

Nous allons ensuite sur le flanc gauche des Tours et accédons à un énorme Shopping Mall. À ce qu’il paraît, c’est l’activité favorite des malais durant leur week-end, mais il s’avère que le précédent lundi était férié, de même que le vendredi donc autant dire qu’ils sont tous en vadrouille à l’extérieur de la ville.

Mais ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas grand monde, après quelques minutes passées dans la galerie commerciale, nous sortons par derrière et nous apercevons énormément de locaux et de touristes. Il semblerait qu’un spectacle se prépare et nous nous posons donc sur un petit pont qui surplombe l’arrière des Tours. Quelques minutes après et à mesure que la nuit tombe, toute la ville s’illumine et on peut en même temps s’émerveiller devant un spectacle d’eau et de lumière pour notre plus grand plaisir.

Nous repartons en taxi de cette jolie promenade, ce sera notre moyen de transport privilégié tant le prix est très abordable. Il faut compter entre 1,5 € et 4 € pour une course de 10 minutes dans le centre-ville.

Une fois rentrés, nous ne pouvons nous empêcher de voir à quoi ressemble la piscine du dernier étage. Et en effet, la vue est juste MA-GNI-FIQUE ! Mais comme nous étions fatigués, nous sommes allés nous coucher et nous irons le lendemain donc la photo attendra :D.

Découvrez notre page YouTube

  • YouTube

Venez nous rejoindre sur Instagram