C’est bel et bien notre dernier article sur les joyaux de la Nouvelle-Zélande et on va vraiment mettre le paquet parce qu’il y a énormément à découvrir, vous le verrez bien assez tôt. À peine nous avons quitté les chutes d’Huka Falls aux portes de la région de Waikato, nous continuons légèrement au nord vers LA région géo-thermale au doux nom de Wai-O-Tapu. Et on observe déjà ce changement d’atmosphère au vu des nombreuses fumerolles qui émanent des sols, rien que ça c’est déjà très impressionnant, un vrai sauna extérieur.

Doux nom mais une fois arrivés dans le parc, on était un peu comme ça :

Oui, parce que ce genre d’endroit, c’est réputé pour sentir les œufs pourris :D. Ce parc, qu’on appelle le Yellowstone de Nouvelle-Zélande, est situé sous deux plaques tectoniques qui se chevauchent et qui créent ainsi une activité volcanique intense. Le point négatif de ce parc, c’est son prix de 33 $NZ par personne soit 20€. Nous avons eu la chance de trouver une petite réduction sur le site Backpackerdeals, c’est pas énorme mais nous paierons finalement 34€ pour nous 2.

Avant de commencer la visite et parce qu’il fait pas très beau, nous décidons de nous poser dans une auberge pour 2 nuits, exactement à la Wai-O-Tapu Tavern qui fournit douche et électricité pour 20 $NZ la nuit par véhicule. Voilà donc notre 6ème camping payant (si je compte bien).

Après avoir bien glandé, rechargé les batteries, tout ça tout ça, nous profitons d’un rayon de soleil en cette journée pluvieuse pour nous rendre à la Kerosene Creek qui fournit des piscines naturelles à une température super agréable. L’endroit est assez convoité mais vaut tout de même un petit passage. Avant de s’y rendre, on voit tout autour des bassins avec toujours ces petites fumées qui annoncent une eau plutôt agréable…

Comme annoncé plus haut, nous allons le lendemain au parc géo-thermal vers 9h-9h30. On nous conseille d’ailleurs de nous rendre dans un premier temps au geyser Lady Knox, qu’ils activent tous les matins vers 10h15, pour ça il faut reprendre la voiture. Bon c’est pas gênant, mais c’est pas pratique… Les gens commencent à affluer, nous sommes dans un genre d’amphithéâtre où il commence à être difficile de trouver une place et nous faisons face à un monticule blanc d’où sort une légère fumée. On trouve l’activité un peu surfaite, il s’avère que des prisonniers ont découvert le geyser de façon inattendu car ils voulaient laver leurs vêtements dans l’eau et c’est en y laissant un peu de lessive que le geyser s’est manifesté. D’ailleurs, après que le guide ait déposé un carré de lessive naturelle dans le cœur du monticule, une grosse éruption s’active durant plusieurs secondes. Très difficile d’apprécier ce moment qui n’est finalement même pas naturel au vu du monde, nous partons donc avant que les gens ne fassent de même…

Nous retournons donc dans le parc principal pour découvrir les nombreux bassins aux couleurs aussi dingues les uns que les autres. Le sentier aménagé est parfait pour nous guider et par chance il n’y a pas trop de monde, en réalité c’est tellement étendu que nous n’avons pas cette impression d’entassement que nous avons pu constater au niveau du geyser.

Au milieu du parc, on retrouve la pièce maîtresse Champagne Pool avec son liseré orange qui fait le tour du bassin. Ce dernier mesure 60 mètres de long mais surtout 60 mètres de profondeur. En réalité, le plus surprenant c’est que sa température est de 75°C, donc la baignade est fortement proscrite, mais ce bassin contient également des minéraux tels que l’or, l’argent, l’arsenic, le mercure, …  Super photogénique en tout cas !

Il faut consacrer au moins 1h-1h30 au parc, et juste avant que la boucle soit bouclée, nous passons devant un bassin à la couleur surréaliste, un vert pétant ! Ce dernier est dû à la présence de l’arsenic, toujours est-il que c’est tellement fluo que ça pique les yeux ^^.

Avant de finalement quitter le parc géo-thermal, nous allons visiter la dernière activité qu’est la Mud Pool, comme son nom l’indique, c’est une piscine de boue. Bon baignade interdite comme partout dans la zone, mais des gargouillis et des éclaboussures en pagaille.

Nous nous écartons un peu des odeurs de soufre pour aller vers des lieux encore plus incroyables. Sur la route, nous nous arrêtons à Tapapa et plus précisément aux Blue Springs. Une balade nous mènera devant une petite rivière qui sinue entre les collines, une rivière aux couleurs folles ! À savoir que 70% des bouteilles d’eau du pays proviennent de cette source. Il s’agit normalement d’une randonnée de 3 heures mais si vous vous garez au Leslie Road Car Park, il ne vous suffira que de quelques minutes pour atteindre les 800 mètres qui séparent le parking de ce joli spectacle.

Nous souhaitions réserver notre visite chez les Hobbits pour le lendemain, mais le site web de l’activité étant complètement HS, nous réservons auprès d’un prestataire (l’erreur car le lendemain matin, ils nous disent qu’il n’y a plus de place, ils nous proposent d’autres horaires mais la communication avec eux est compliquée car ils sont basés… en Allemagne, GÉNIAL !). Bref, en attendant leur retour, nous passons la nuit à la Jones Landing Reserve, face au lac Arapuni. Très agréable comme endroit avec beaucoup de place pour se poser et un coucher de soleil comme on les aime :D.

Finalement, ce prestataire nous mènera en bateau avec les horaires, nous nous occuperons comme nous pouvons en attendant d’avoir un horaire valide pour aller à Hobbiton (nous repasserons tout compte fait par le site officiel…). Bref, dans l’attente de cette visite, nous réservons nos places dans un parc animalier afin de voir l’animal endémique de la Nouvelle-Zélande : le Kiwi ! Nous nous rendons donc à Otorohanga Kiwi House and Native Bird Park mais afin de ne pas payer plein tarif, nous passons par Bookme. Nous paierons 12 $NZ par personne au lieu de 24 donc c’est assez avantageux.

Malheureusement, nous n’avons pas de photos à vous montrer car le Kiwi est un animal nocturne, nous les apercevrons d’ailleurs dans des salles obscures. Ces animaux ne ressemblent vraiment à aucun autre et c’est assez surprenant de rencontrer un animal que nous ne connaissions pas. De la taille d’une poule, il ne vole pas et a un bec sacrément long, voici une vidéo pour que vous voyez à quoi il ressemble (d’ailleurs ils ont eu de la chance de l’apercevoir en plein jour !).

Ce parc promet également une diversité au niveau des oiseaux, ces tadornes ou canards du paradis que nous avions aperçu à maintes reprises que ce soit dans les champs ou en pleine mer. Un couple vraiment inséparable ! Ou ci-dessous (à gauche), ce fameux pigeon des bois ou kereru qui est sacrément impressionnant ! Au milieu, la perruche à couronne jaune ou kakariki que nous n’avions pas vu à l’état sauvage ou encore le martin-pêcheur sacré (les polynésiens le qualifiaient de sacré parce qu’ils croyaient qu’ils étaient des oiseaux saints capables de contrôler les vagues :))

Nous avons également réussi à obtenir notre photo de rhipidure à collier ou fantail (sa queue est en éventail), il est assez vif donc nous sommes contents de l’avoir eu. Nous retrouvons également un lézard endémique de la Nouvelle-Zélande, le tuatara qui est en pleine discussion avec un kakariki ^^.

Avant de trouver un point de chute pour la nuit, sans mauvais jeu de mots, nous allons visiter la chute Bridal Veil ! (L’humour, point trop n’en faut…)

Depuis le parking, il vous faut 10 minutes pour atteindre le haut de la cascade et 10 autres minutes pour arriver en bas. Pas mal d’escaliers mais ça se fait bien ! Plusieurs points de vue, que ce soit d’en haut, au milieu ou en bas, et puis vous connaissez notre adoration pour les cascades : celle-ci est magnifique 😀 ! On s’est même fait un petit plaisir en drône car l’endroit s’y prêtait !

Suite à cette micro balade dans ce maxi décor, nous redescendons vers la ville d’Oparau et passons la nuit à côté de l’Oparau Roadhouse. En effet, le propriétaire des lieux fournit une aire pour que les voyageurs de passage y dorment que ce soit en van, en bus ou en tente. Qui plus est, c’est 100% gratuit, alors dans ces cas-là, nous ce qu’on fait c’est que l’on prend un petit déjeuner dans son café ! Ce qui est tout à fait normal car il était vraiment sympa :). En plus, on a eu le droit à un superbe coucher de soleil, niché sur le haut d’une colline, un champ de vaches en face de nous (après il y avait aussi des dindons à une certaine heure de la soirée… lol). C’était magnifique !

Nous poursuivons la boucle, nous avons enfin notre date pour la visite du village des Hobbits, il suffit maintenant de combler les 2 jours qui suivent et ce ne sera pas compliqué ! Nous réservons déjà le lendemain pour la visite des grottes de Waitomo en mode spéléo. Nous trouvons une bonne affaire toujours sur le site Bookme en bénéficiant d’une réduction de 100 $NZ sur 5h d’activité ! Au final, nous paierons 300 $NZ pour 2 au lieu de 500 $NZ soit 175€. Nous en aurons pour notre argent, vous le verrez. Avant cette journée inoubliable, nous nous rendons aux Marokopa Falls sur notre chemin. Une nouvelle cascade pour notre plus grand plaisir 🙂 !

Et pour l’après-midi, nous nous poserons à la Mangaokewa Reserve qui sera notre sleeping spot et nous irons nous balader dans les alentours pour passer le temps tout en découvrant ce qui nous entoure. La nuit-même, nous aurons un léger avant-goût de notre expédition dans les grottes car nous apercevons déjà quelques vers luisants dans la végétation.

Le lendemain, c’est parti pour les Waitomo Caves. Nous passons par l’une des nombreuses entreprises qui effectue ce genre d’activité dans la région (il y a plus d’une centaines de grottes visitables), celle-ci se nomme Kiwi Cave Rafting. Arrivés à l’accueil, nous serons un groupe de 4, très bien et nous faisons 15 minutes de voiture pour nous rendre dans les vestiaires en pleine vallée. Après avoir enfilé nos superbes déguisements, le guide nous explique les équipements et puis c’est parti ! Et on ne se moque pas de nos dégaines de clown s’il vous plaît ! Soyez matures…

Première “épreuve”, la descente en rappel dans une ouverture d’une trentaine de mètres dans les entrailles de la Terre. Nous sommes un peu déçus par les photos du guide mais tout est dans la tête ! Une fois en bas, les pieds dans l’eau fraîche, nous agrippons notre bouée et remontons le léger cours d’eau jusqu’à n’y voir que les ténèbres. Le guide nous fait découvrir la faune souterraine et alors que nous nous asseyons dans un silence absolu et que le plafond s’illumine timidement, ce dernier fait un tapage qui nous fait sursauter grâce à un claquement entre sa bouée et l’eau sous ses pieds. Ainsi, le plafond prend une dimension toute autre, les vers luisants s’illuminent de manière éclatante. Nous sommes bouche bée, vraiment ! Il suffit juste de profiter de l’instant…

Lors de cette activité, nous naviguerons sur cette bouée au gré du courant, nous nous faufilerons dans des ouvertures rocheuses quitte à se retrouver les pieds en l’air. Nous avons même refusé de traverser un endroit par peur d’y rester coincé et pourtant nous ne sommes pas claustro. Voici un petit florilège de cette escapade mémorable.

Nous étions dans le noir pour voir ses vers luisants, mais je pense que nous faisions cette tête, franchement ^^ !

On ne vous mentait pas quand on vous disait que cet article serait riche en merveilles. D’ailleurs, prochaine étape : Hobbiton ! L’activité n’est pas donnée car c’est 79 $NZ par personne (soit 46€) pour une heure de visite guidée, ajouté à ça une petite collation à la taverne des Hobbits mais pour des fans comme nous, c’était impossible de manquer ça…

Nous serons surpris par le nombre d’anecdotes dont regorge ce lieu, tout ça nous redonne envie de se refaire les 2 trilogies ! Pour la première trilogie, les quelques quarante quatre façades des habitations qu’on appelle “Hobbit hole” étaient entièrement faites en polystyrène, ce n’est que lors de la réalisation de la seconde trilogie que le décor a été complètement refaçonné avec du vrai matériel si je puis dire.

Il y a un vrai souci du détail, c’est surprenant ! Et le soleil nous gâte alors malgré ce système de visite en groupe, à la chaîne qui plus est, nous apprécions la visite jusqu’à atterrir dans la fameuse taverne Green Dragon. Si vous souhaitez plus de photos de cet endroit, n’hésitez-pas à jeter un oeil dans le Portfolio ;).

Next step, la fameuse péninsule de Coromandel, un petit joyau dans cette île du Nord qui en recèle beaucoup. Cela dit, c’est très différent de l’île du Sud comme vous avez pu le constater au travers de nos articles. En chemin, nous faisons une brève escale aux chutes d’Owharoa, une nouvelle cascade parmi tant d’autres.

En attendant notre petit road-trip sur la péninsule, nous nous arrêtons dans la ville de Ngatea. La ville permet aux voyageurs comme nous de se poser pour la nuit juste derrière la bibliothèque, de façon gratuite évidemment. C’est parfait. Nous reprenons la route le lendemain matin qui est, soit dit-en-passant, hyper apaisante. Nous avons la mer sur notre gauche, les falaises sur notre droite, nous nous laissons tout simplement emporté par ce décor. Les Waiau Falls étaient dans notre todolist mais à part une zone totalement délaissée où règnent en maîtres coqs et cochons noir (hyper affectueux), la cascade ne vaut pas le déplacement vu sa petitesse…

La visite continue dans un décor encore plus sympathique, à Wyuna Bay ! L’eau est d’un bleu exceptionnel et c’est d’un calme olympien. Beaucoup d’habitations aux alentours et on se dit que les gens qui vivent ici sont très chanceux. Nous prendrons de la hauteur pour nous rendre compte à quel point il doit être bon de vivre dans ce coin :).

Nous poursuivons vers les 2 attractions phares de la péninsule de Coromandel, nous réservons Cathedral Cove pour le coucher de soleil, en attendant, nous nous rendons à Hot Water Beach, une des nombreuses curiosités de la Nouvelle-Zélande. Qu’a-t’elle de particulier ? À première vue, rien comparé aux autres plages. Mais avec 700 000 visiteurs par an sachant que la Nouvelle-Zélande n’est pas la destination farniente par excellence, on se demande pourquoi ! En réalité, à quinze mètres de profondeur sous le sable, deux fissures souterraines laissent filtrer une eau vraiment très chaude donc si vous voulez vous faire un spa naturel, il suffit de creuser !

Par chance, nous arrivons au bon moment car il faut y être idéalement 2h avant ou après la marée basse. C’est pas forcément compliqué de trouver les sources surtout qu’il y a pas mal de monde. Nous avons creusé à 3 endroits avant de trouver le bon mais comme nous n’avions pas de pelle, il nous est impossible de creuser plus profond car l’eau nous brûle littéralement les mains. Complètement fou ! Outre le fait qu’il y ait du monde, c’est un incontournable car on ne voit ça nul part ailleurs (enfin je pense !).

Allez, faisons place maintenant à un véritable décor de cinéma : Cathedral Cove. Depuis le parking, une balade d’environ 1 heure vous mènera jusqu’au clou du spectacle. Mais avant d’y arriver, nous déambulons le long de la côte avec des points de vue à couper le souffle. C’est une fois arrivés au bout que je me rends compte que cet endroit est un lieu de tournage du film “Le Monde de Narnia : le prince Caspian“. Bref, voyez plutôt comme c’est sympa.

Je me suis même amusé à effectuer une petite composition colorée suite à une exposition longue car c’était vraiment un bel endroit.

Les couleurs étaient tout autant magnifiques à mesure que le soleil disparaissait et que nous marchons en direction de la voiture.

Nous retournerons dans la ville de Ngatea pour passer la nuit avant de finir notre périple sur la pointe nord de la Nouvelle-Zélande. C’est à ce moment précis que nous avons eu un gros coup de blues. Nous savons pertinemment que le retour en France est proche donc nous avons une certaine hâte de rentrer donc même si les décors sont toujours aussi beaux à voir, nous avons conscience de bâcler la fin de ce trip et c’est d’ailleurs pour cela que nous abandonnons l’idée d’aller jusqu’au Cape Reinga, le point le plus au nord de la Nouvelle-Zélande.

Bref, nous vous montrons tout de même les dernières beautés du coin. Mais avant tout, légèrement au nord d’Auckland, la capitale économique du pays qui compte plus d’1/4 de la population du pays, nous prenons une douche plus que bienvenue à la Bibliothèque Te Atatu Peninsula Community Center & Library. C’est gratuit et si vous avez besoin d’internet, la WiFi est nickel ;). Beaux comme des sous neufs, nous remontons la côte jusqu’au Puhoi Pub Hotel & Stables. Nous y sommes allés car il est atypique (des milliers de traces de visiteurs sont accrochées aux murs comme des billets, des cartes d’identité, …) et parce qu’il est toujours bon de se détendre autour d’un verre ;).

C’était un peu compliqué de trouver un endroit où dormir par ici parce que les aires de camping gratuites sont uniquement autorisées aux vans autonomes (pas comme le notre). Nous tentons tout de même une nuit à Snells Beach, nous nous lèverons un peu plus tôt pour éviter de nous faire prendre par les rangers. Nous avons bien fait de dormir ici car nous voulions à tout prix faire le marché du village de Matakana et il n’est situé qu’à quelques kilomètres. Pour les amateurs de bons produits et de belles couleurs, ce lieu vous plaira. Il y a évidemment un stand de crêpes et de galettes, à croire que ces bretons sont partout…

Nous vous présentons tout de même deux belles cascades avant de clôturer cet article. Whangarei Falls se situe à 1h30 au nord de Matakana et les Rainbow Falls à 1h10 au nord des Whangerei Falls.

Nous n’aurons malheureusement pas le temps de visiter Auckland de la meilleure des manières. Nous y passerons tout de même mais en grande partie pour ramener des souvenirs à la famille et aux amis ! Avant notre départ du pays, nous trouverons tout de même un super spot près du centre-ville pour dormir. Il s’agit en réalité d’une petite île qui s’appelle Herald Island, nous nous garerons près du port (nous remercions un employé de la ville qui nous aura donné ce tuyau). Nous sommes enfin prêts, la voiture est nettoyée de fond en comble.

Le lendemain, je décide de déposer Janaïna, dans un premier temps, à l’aéroport avec les bagages. Je dépose le véhicule de location à Lucky Rentals et malgré le petit choc que nous avons eu sur le bas de caisse lorsque nous avons pris le ferry pour traverser les deux îles, on ne nous facture aucun surplus. Ouf ! C’est un soulagement.

Finalement, ils me reconduisent au Terminal. C’est parfait. Malgré notre petit blues en fin de parcours, nous aurons vécu des choses complètement insensées. Tout le monde nous vendait la Nouvelle-Zélande comme une merveille à elle seule et c’est tout à fait ça ! Une diversité hors du commun, des paysages qui ne se ressemblent jamais et toujours plus d’animaux endémiques et magnifiques. C’est vraiment la tête pleine de souvenirs que nous quittons ce pays.

Mais ça nous donne tout de même encore plus envie de découvrir le monde. Alors, restez connectés, nous revenons bientôt !

Découvrez notre page YouTube

  • YouTube

Venez nous rejoindre sur Instagram