L’écriture du blog prend du retard donc on s’excuse dans un premier temps ! Après 3 heures de traversée où le mal de mer s’invitera peut-être pour certains (pour nous c’était pas loin), nous rejoignons notre véhicule garé dans le ferry et débarquons enfin dans la capitale de la Nouvelle-Zélande : Wellington. Surnommée “Windy Welly” car le vent est, paraît-il, toujours prêt à se montrer, nous décidons dans un premier temps de déambuler dans les rues car Jaja voulait faire un peu de shopping. Bah oui, en même temps, c’est son anniversaire :). Et ensuite, nous irons dîner avant de trouver notre prochain lieu où dormir.

Cuba Street et les rues qui la traversent fourmillent de magasins et de restaurants donc nous n’aurons aucune peine à nous occuper pour l’après-midi et la soirée. Nous sommes samedi donc ça grouille dans les rues, qui plus est, il semblerait y avoir un match de rugby entre la Nouvelle-Zélande et… bah la France tiens ! Bon, j’ai regardé le match vraiment très brièvement car nous nous prenions une petite fessée. Nous atterrissons finalement au restaurant “Ombra“, considéré comme le second meilleur restaurant italien de Wellington (que nous n’avons pas forcément trouvé dément…).

Nous dormirons à Ngatitoa Domain à 25 kilomètres au nord de Wellington, pas forcément tout près mais nous n’avons trouvé que cet endroit sachant qu’il est normalement pas autorisé pour notre type de véhicule. Nous tentons le coup !

 

Au réveil, il y a toujours ces petits oiseaux qui s’animent autour de nous et même si nous vous l’avions présenté dans le précédent post, revoici le tui (considéré aussi intelligent que le perroquet car il peut reproduire les voix humaines). Autant vous dire que c’est un réveil matin tout particulier. Nous retournons sur nos pas en direction de Wellington afin d’en découvrir un peu plus. Nous commençons par déambuler dans le marché dominical qui se tient sur le port de Wellington, si vous aimez les étals colorés et les bonnes odeurs, c’est quelque chose à ne pas rater. Et comme la pâtisserie française et le bon fromage nous manque, on s’est dit qu’on trouverait peut-être notre bonheur, ce qui était le cas !

Après avoir déjeuner toujours dans ce marché aux milles odeurs, nous partons pour une virée culturelle au musée Te Papa (qui signifie en maori “Lieu des trésors de cette Terre”), musée national retraçant l’histoire de la Nouvelle-Zélande. Nous ne sommes pas des grands fans de musée à la base, mais celui-ci est très intéressant et aborde des thèmes très différents les uns des autres comme l’histoire du pays, sa géographie, la géologie (vous pourrez pénétrer dans une petite maison où l’on simule un tremblement de terre) mais aussi la faune locale ! Qui plus est, il est gratuit ;).

Pour la faune locale, nous y verrons de nombreuses espèces dont certaines disparus comme le moa (à gauche), espèce d’oiseaux inaptes au vol (décidément en Nouvelle-Zélande…) qui ressemble un peu à l’émeu. Il pouvait mesurer jusqu’à 3,6 mètres de haut mais au XIIIème siècle, à l’arrivée des maoris, la chasse intensive a rapidement entraîné leur extinction. Nous verrons également un autre oiseau endémique, le kiwi (à droite). Sensiblement aussi grand que la poule, il est maintenant en voie d’extinction à cause de l’importation des prédateurs tels que le rat, le chat, l’opossum…

Au musée Te Papa, on peut y apercevoir de nombreuses curiosités tel que le cal(a)mar géant. Exposé dans du formol, il fait la taille d’un mini-bus (3,5 mètres de long) et pèse 350 kg. C’est assez intrigant surtout quand on sait que ce spécimen peut atteindre 14 mètres… #flippant

Endroit qui nous a frappé également, c’est l’exposition de la bataille de Gallipoli, un affrontement de la Première Guerre Mondiale qui opposait l’empire Ottoman des troupes françaises et britanniques dans l’actuelle Turquie. Beaucoup d’explications mais aussi des représentations archi-réalistes de personnages et de scènes de la guerre.

Après cette expo qui retrace des heures sombres, Jaja est prête à découvrir une dernière exposition sur les traditions maories (on dirait une vraie exploratrice). De jolis documentaires, de très belles photos et des sculptures qui nous offre en détail la beauté de l’art maori.

Nous consacrons la fin de l’après-midi pour des visites extérieures cette fois, et nous nous rendons au jardin botanique de Wellington. Franchement, nous ne l’avons pas trouvé folichon. En même temps, nous avions connu les jardins de Singapour, ou même de Rio de Janeiro… et ce n’est vraiment pas pareil. Ce que nous avons retenu, c’est sûrement le jardin des roses qui exhalent de très bonnes odeurs.

Le truc un peu couillon, c’est que nous découvrons qu’il y a un funiculaire qui part du centre-ville pour remonter aux jardins. Le tarif est de 4,5€ par personne pour l’aller-retour. Dommage que nous ne nous étions pas renseigné car ça aurait apporté un peu plus d’authenticité à cette balade.

Nous retournons une derrière fois dans les rues du centre, histoire de découvrir les arts dissimulés ici et là.

Les journées passent vite une nouvelle fois, nous partons au nord direction Waikanae car le lendemain, c’est à mon tour de réaliser mon petit caprice. Après Jaja et son piercing, je me fais tatouer (pour la seconde fois) ! Nous dormons à Otaki Beach, légèrement au-dessus de Waikanae où le tatoueur habite. Je suis tombé sur sa page Facebook en chinant un peu, il ne s’agit pas d’un salon à proprement parlé, il a aménagé un local dans son jardin où il exerce depuis plus de 10 ans maintenant ! Bon, il a tout de même fallu 3 heures de souffrance (je vais pas vous mentir) mais aujourd’hui, je suis content du résultat.

Après avoir repris mes esprits suite à ce tatouage, nous roulons bien plus au Nord pendant 3 bonnes heures. Nous pénétrons donc rapidement dans la région de Wanganui où l’attraction phare ici, c’est la randonnée Tongariro Alpine Crossing, reconnue comme la plus belle de Nouvelle-Zélande. Avant de s’y attaquer, nous allons prendre une bonne nuit de repos au Kaimanawa Roadside Camping, à savoir qu’à 18h il est déjà bien blindé.

Sachez que bien avant notre arrivée, il était possible de garer sa voiture d’un bout à l’autre de la randonnée (oui car ce n’est pas un circuit) et donc de revenir par ses propres moyens à votre point de départ. Ensuite, un système de navette a été mis en place pour qu’à la fin de la randonnée, vous puissiez retourner à votre véhicule, il faut tout de même débourser 23€ par personne et ce n’est pas négligeable. Donc nous nous sommes dis que nous allons, comme la plupart des blogueurs un peu économes, montés jusqu’au point le plus intéressant et rebrousser chemin. Sauf que dorénavant, il n’est possible de rester que 4 heures dans le parking de départ (le Mangatepopo Carpark) et que monter jusque là-haut, admirer, et redescendre, ça ne prend pas 4 heures (en tout cas pour des amateurs comme nous :D).

Donc il a fallu faire un choix… Nous prenons alors le départ un peu plus au Sud près du Whakapapa Visitor Center, et nous empruntons donc le Tongariro Northern Circuit qui rejoint le Tongariro Alpine Crossing 9 kilomètres plus tard (3 heures théoriques mais que nous atteindrons au bout de 2h).  Nous foulons des roches noires, le décor est vraiment volcanique et c’est là que nous commençons l’ascension, au détour de Soda Springs mais aussi des uniques toilettes !

Sur notre droite, point culminant de notre randonnée à 2291 mètres d’altitude, le volcan Ngauruhoe qui n’est autre que la Montagne du Destin dans la trilogie du film « Le Seigneur des Anneaux ». Geek comme nous sommes, nous avons le sourire même si les cuissots prennent un petit coup. Bah oui, on a déjà 13 kilomètres et 250 mètres de dénivelé dans les pattes ! Après avoir bien grimpé, 300 mètres de dénivelé de plus sur 2 kilomètres, nous arrivons au South Crater, de quoi se reposer tout en continuant de marcher. Par chance, il n’y a pas trop de monde, juste un peu devant nous sur la deuxième grosse ascension qui se profile. C’était la plus compliquée dans le sens où l’on grimpe sur une pente très caillouteuse.

Allez, on se tient les coudes car la glissade est fortement déconseillée ^^ et on grimpe à mesure que le froid nous enveloppe ! Les mollets nous tirent mais nous résistons, encore un plat avant l’ascension finale jusqu’au Red Crater situé à plus de 1900 mètres d’altitude. Et c’est là que nous découvrons enfin ce que nous avons vu plusieurs fois qu’en photo, les Emerald Lakes, ces 3 étendues d’eau d’un bleu clair hallucinant accompagnées de fumerolles qui laissent deviner la chaleur sous nos pieds. Nous nous posons, le cul sur les pierres légèrement chaudes mais avec un froid glacial et nous admirons le spectacle quelques minutes.

Voilà, ça fait 5h30 que nous marchons, il est temps de redescendre, j’invite Jaja à amorcer la descente tandis que je fais un peu de drone pour immortaliser ce moment.

Autant vous dire que les 2 heures de plus que nous avons fait durant l’aller, nous les sentons sur le retour malgré un chemin très plat. Et puis la pluie s’est invitée sur les derniers kilomètres donc c’est toujours moins agréable. Toujours est-il que, même si nous sommes légèrement épuisés, c’est fiers que nous nous coucherons car nous aurons fait 36 kilomètres en moins de 9 heures !

Mais bon, avant de s’endormir, il faut trouver un endroit où poser le van. Nous remontons plus au Nord, et nous passons la bordure de la région de Waikato. Ce dernier camping n’apparaît plus sur les applications Campermate ou WikiCamps NZ, mais il était situé à Taupo, en bordure du lac, sur Ferry Road exactement. Pas sûr encore une fois de pouvoir s’y poser mais nous nous faisons tout petits et respectons la nature comme il se doit. Tous les campements situé à l’est du lac n’étaient autorisés qu’aux vans self-contained, encore une fois, c’était pas pour notre poire. Toujours est-il que nous avons une vue d’enfer sur le lac et un coucher de soleil digne de ce nom !

Nous accordons notre lendemain à une marche plus apaisante. Pour info, nous sommes aux portes d’un parc géothermique, on vous réserve la suite au prochain post mais pour vous mettre légèrement en appétit, voici un endroit bien sympathique.

Nous vous conseillons dans un premier temps d’aller voir la chute Huka Falls depuis le parking de la Huka Falls Walkway, soit 3 kilomètres. Vous verrez que la rivière Waikato paisible au départ vient finalement s’engouffrer dans un goulot d’étranglement, en résulte un courant de plus en plus violent et une chute que l’on pourrait qualifier d’horizontale. Ce qui ne nous échappe pas, c’est la couleur incroyable de l’eau qui est due à une forte teneur en oxygène. Malgré cette eau magnifique, il est fortement déconseillée de s’y baigner… mais ça c’est une question de bon sens !

Et donc ce qu’on vous conseille sur le trajet retour, toujours sur ce même chemin, c’est de faire une petite baignade dans le Spa Thermal Park au bord de la rivière Waikato. Vous ne pouvez pas le manquer, de légères fumées émanent de petits bains naturels donc n’oubliez pas votre maillot de bain et détendez-vous !

Cette journée n’est pas finie, mais cet article l’est ! On vous laisse d’autres surprises pour la suite, donc restez connectés :).

Découvrez notre page YouTube

[cn-social-icon width=”128″ selected_icons=”4″]

Venez nous rejoindre sur Instagram 

[instagram-feed]