Nous avons découvert le sud ouest du Western Australia un peu en pagaille, pendant notre mois de travail chez Neil en janvier, mais aussi après notre retour de Thaïlande, de fin février jusqu’à fin avril. Donc nous raconterons nos découvertes de façon géographique et non chronologique !

Au sud de Perth, nous sommes restés plusieurs soirs (à des dates différentes) dans la ville de Mandurah qui, par son cadre apaisant et par sa bibliothèque qui a une super Wi-Fi :), nous a définitivement plu. Les dîners, alors que le soleil se couche, ont été nombreux et pas un ne nous a déçu. L’Avalon Foreshore Reserve est un endroit où il est possible de dormir dans son van sans se faire embêter !

Un peu plus en dessous, sous la ville de Bunbury où nous ne nous sommes pas arrêtés, se trouve la ville de Busselton. Celle-ci présente une singularité, sa jetée d’1,8 kilomètres. Pourquoi est-elle si grande ? C’est simplement qu’après ces premières années de construction, où elle ne faisait que 150 mètres (en 1865) puis 281 mètres (en 1875), cette dernière a été ensablée au cours des 10 années qui suivirent. En gros elle a continuellement été allongé jusqu’en 1960 pour atteindre 1841 mètres. Elle est, de ce fait, la plus longue jetée de l’hémisphère sud.

L’accès à la jetée est payante (3 AUD si vous êtes à pied, 8 AUD si vous souhaitez prendre le train qui a remplacé le cheval en 1911) et l’observatoire au bout de la jetée également (15 AUD) où vous pourrez découvrir les fonds marins et la biodiversité remarquable (je le vends, mais nous n’y sommes pas allés).

À courte distance de la jetée, se trouve un petit parc où les passionnés d’ornithologie trouveront leur compte, le Malbup Bird Hide. Un petit chemin mène à la cabane d’observation mais avant d’y arriver, vous trouverez beaucoup de kangourous de passage.

Malheureusement, le temps, ce jour-là n’était pas de la partie et pour cause, un bel orage viendra nous accompagner pour la nuit. De quoi voir la jetée sous un autre angle.

Légèrement plus à l’ouest de Busselton, Dunsborough et Yallingup se sont révélés d’une beauté sans pareille. Si votre but est de chiller sur les plages, de faire un peu de snorkeling dans des eaux bleues azur, alors cet endroit est idéal. Castle Rock Beach et Meelup Beach (où vous pourrez même croiser des kangourous la nuit tombée) font partie de nos coups de coeur. Yallingup Beach n’est pas mal, surtout pour y observer le coucher de soleil. Le Cape Naturaliste vaut également la petite balade.

Autre endroit (un peu plus au sud) où nous avons passé la nuit et où c’est vraiment super sympa, c’est Canal Rocks, là où les roches ont naturellement formé un canal suite à l’érosion.

Suite à l’été, la côte ouest était déchaînée, de quoi faire venir les surfeurs du monde entier pour une compétition près de Margaret River (qui se tenait fin mars début avril). Nous n’irons pas à l’événement, forcément payant, mais observerons chaque jour beaucoup de férus de vague surtout dans les coins de Gracetown, Rivermouth, Surfers Point ou encore Gas Bay.

Entre ces différents spots, se trouve la plage de Gnarabup, lieu que nous avons squatté un moment car arrivés à Margaret River, nous avons été embauché pour faire les vendanges (c’était un endroit stratégique pour atteindre les vignobles à 5h du matin). Gnarabup Beach étant le seul endroit où nous pouvons nous doucher (à l’eau froide évidemment) et utiliser gel douche et shampoing. En effet, à Surfers Point et Rivermouth, il est simplement autoriser de se rincer et de n’utiliser aucun produit sous peine de se prendre une amende !

Gnarabup est également pleine de vie et de requins que nous n’aurons pas croisé (ouf !), toujours est-il que lorsque la sécurité des plages en aperçoit, des panneaux d’information sont placardés par les shérifs. Nous aurons seulement observé des dauphins de loin.

Nous avons donc pour la première fois de nos vies effectué les vendanges, nous étions payés au rendement et malgré toute notre bonne foi, nous n’étions pas des plus rapides. Et c’est lorsque nous prenons un peu d’assurance, que nous sommes plus efficaces que nous faisons des “picking” qui ne durent que 4 heures. Nous voulions nous refaire une petite santé au niveau des comptes bancaires et ce n’est pas en travaillant 4 heures par jour et 4 fois par semaine que nous y arriverons.

Au bout de moins de deux semaines, nous décidons donc d’aller imprimer des CVs dans l’espoir de décrocher un boulot en cuisine ou dans un hôtel en tant que housekeeper (entendez “femme de chambre”). Nous ferons le tour des restaurants et hôtels de Margaret River, au bout d’une quinzaine d’établissements, le responsable de l’hôtel du Quality Inn nous demande de faire un essai à peine nous le rencontrons. Je pars donc rejoindre Tina qui s’occupe actuellement d’une chambre et tente de faire la meilleure impression pour décrocher le poste. De son côté, Janaïna retournera faire un essai dans le restaurant de l’hôtel au soir.

En attendant une quelconque réponse, nous nous changerons les idées avec les quelques personnes rencontrées aux pickings. Nous irons boire un verre avec nos amis belges Sébastien et Claudia dans une des nombreuses brasseries de la ville (chose que nous ferons rarement car le prix d’une pinte est de 10 AUD, tout comme le verre de vin) et irons même jusqu’à se laisser embarquer dans une bush party (10 AUD l’entrée) avec Sébastien et Claudia, mais également des amis des Vosges, Paul et Flavien. Une bush party, c’est quoi ? Tout simplement une fête en plein milieu de la forêt, dans le bush quoi ! Ce sera un prétexte pour goûter la boisson favorite des backpackers, le goon (le cubis de vin). Bon, mis à part le fait que ce soit dégueulasse, nous passerons une soirée agréable même si la musique tape sévèrement au cerveau ^^.

Tandis que nous attendons toujours une réponse positive pour un autre travail, et que nous continuons à “picker” du raisin, nous décidons de rechercher un hôte HelpX car l’été commence à s’enfuir et prendre une douche froide quand il fait une vingtaine de degrés, ce n’est plus pareil que lorsqu’il faisait 30°C ! D’autant plus que nous nous faisons avertir deux fois par des rangers, et comme nous ne voulons pas payer 100 AUD d’amende par personne, il faut définitivement se bouger.

Caralynn nous hébergera donc chez elle à Witchcliffe (à dix minutes de Margaret River) alors que dans sa maison se trouve déjà 4 autres français. Elle nous propose une place pour mettre notre van devant chez elle (comme ça, pas moyen de se faire déranger par les rangers) et nous pourrons également utiliser la salle de bains et la cuisine. En contre-partie (et comme nous ne dormons pas à l’intérieur de sa maison), elle nous indique que nous devrions effectuer plus ou moins 8 heures de travaux chez elle, ce qui nous convient parfaitement !

Pendant ce temps-là, l’hôtel du Quality Inn me rappelle pour signer un contrat de 20 heures mais pour Janaïna, ils n’avaient apparemment besoin de personne en cuisine (alors pourquoi faire un essai…). Bref, elle continuera à faire un peu de “picking” tandis que je fais pression auprès de ma manager pour qu’elle embauche Janaïna et ce sera chose faite au bout d’une semaine et demie. J’effectuerais également 2-3 extras en tant que serveur dans le restaurant de l’hôtel car certaines conférences s’y tiennent et même des mariages ! Voilà que nous créons maintenant notre petite routine chez Caralynn, accompagnés de Jérémy et Justine, de Dylan et de Tim (et de Bear, le chien mais aussi de Charlotte et Aslan, deux chats magnifiques). Nous mettrons la main à la pâte, après nos services de housekeeping à l’hôtel, pour les divers travaux qu’elle nous demande d’effectuer, entre autres, remettre un peu d’ordre dans sa maison (car elle s’est occupée de sa maman mourante pendant 2 ans en mettant légèrement sa vie entre parenthèses). Nous mettrons également la main à la pâte (surtout Janaïna) au niveau cuisine en profitant pleinement du four et des choses que nous n’avons pas dans notre van.

Petite anecdote, alors que nous créons un foyer (pour faire du feu) devant chez elle en déterrant le bambou et un énorme pneu de tracteur, nous nous faisons attaquer par des fourmis. Pas nimporte lesquelles, des fourmis taureaux ! Défendant leur territoire, elles n’ont pas arrêté de faire fonctionner leur mandibules hyper puissantes sur nos corps (cette espèce de fourmi varie entre 1 et 4 cm…). Janaïna a gardé la marque des morsures pendant 3 jours, la piqûre est comparable à celle des abeilles, de quoi bien faire mal et nous faire psychoter sérieusement…

Nous aurons même le droit à la visite de plusieurs opossums, animaux que nous n’avions pas vu jusqu’à présent ! Et ils sont trop mignons :D.

Nous découvrirons également à Margaret River, le Lion’s Club une petite brocante qui se tient un samedi sur deux dans la zone industrielle. De quoi se racheter quelques fringues pour une bouchée de pain, et même des combinaisons de plongée pour à peine 15 AUD ! Cet endroit me rappelle le clip de Macklemore (chanson Thrift Shop) et Janaïna joue grave le jeu :).

Comme à notre habitude, nous comblerons nos jours de repos avec la découverte de la région. Nous irons à la plage de Boranup où l’accès se révélera être une véritable montagne russe. Heureusement, Dundee s’en est sorti mais nous n’avons pas fait les malins lorsque nous étions sur le chemin !

Nos spots préférés, là où nous adorions se poser pour apprécier le coucher de soleil autour d’une bière, c’était définitivement Redgate !

Nous n’avons découvert que plus tard la plage de Gas Bay qui est également idéale pour une fin de soirée au calme.

Nous accompagnerons quelques fois Jérémy (une des personnes avec qui nous partageons le HelpX) qui est un fana de surf, et qui nous rappelle encore une fois que ce sport est difficile et extrême.

Petite parenthèse, alors que nous travaillons toujours à l’hôtel, Sen, un collègue japonais de l’hôtel Quality Inn, me propose un poste de plongeur dans l’un des restaurants réputé du centre de Margaret River, l’Arc of Iris. C’est histoire de 3 services au soir par semaine, mais voilà de quoi mettre un peu plus de beurre dans les épinards pour le mois qu’il nous reste à faire. Je vous avouerais tout de même que c’est particulier comme impression, car c’est pour moi comme un retour en arrière de 10 ans, lorsque j’étais plongeur en saison…

Bref, maintenant, comme vous avez été assidus dans la lecture du blog, on vous dévoile notre magnifique dégaine lorsque nous étions housekeepers, nous sommes sûrs que vous allez adorer ! (En prime, une petite photo d’un bandicoot, oui oui, comme dans le jeu vidéo Crash Bandicoot sur Playstation :p).

Une magnifique attraction près de Margaret River, que dis-je, un incontournable, c’est la rencontre avec les stingrays (raies pastenagues) à Hamelin Bay. Ces dernières ne craignent pas l’homme et viennent au bord de la plage pour quelques petites caresses. Nous aurons même le droit à une visite de dauphins !

Autre endroit paisible, Augusta un peu plus au sud. Nous nous poserons le temps d’une après-midi, à contempler les pêcheurs et la vie marine (oui, encore des dauphins !). Petite anecdote, plusieurs pêcheurs adultes faisaient chou blanc, et un petit australien débarque en demandant gentiment un appât à un pêcheur. En deux temps trois mouvements, il ramène des poissons coup sur coup. Son savoir-faire et surtout le visage hébété des autres pêcheurs nous auront bien fait rire !

Il s’est avéré une fois que nous avons eu 3 jours de day offs sur nos deux mois passés ici, alors nous sommes partis explorer l’état un peu plus en profondeur. Nous sommes allés vers Pemberton dans un premier temps mais avant de rejoindre cette ville, nous dormirons une nuit dans le bush et ferons une rencontre assez particulière. Oui, à notre réveil nous avons partagé le couvert avec Marcel le coq :).

Avant de rejoindre l’un des fameux endroits qui vaut le coup d’oeil à Pemberton, nous passerons par les Beedelup Falls et apprécierons cette atmosphère paisible avant de retrouver une atmosphère un peu plus vertigineuse.

Oui, en réalité, à cet endroit se trouve la Vallée des Géants, plus particulièrement des karris (eucalyptus typiquement australien) où ont été construit des cabanes à leur cimes afin d’observer et prévenir le développement des feux de forêts. Le métier n’existe plus désormais mais les visiteurs courageux peuvent dans tous les cas s’y aventurer et découvrir une vue à 360° au dessus de la canopée.

Il est possible de faire l’ascension de 3 arbres différents dans la région :

  • – Le Diamond Tree qui s’élève à 51 mètres ;
  • – Le Gloucester Tree, haut de 61 mètres ;
  • – Le Dave Evans Bicentennial Tree, le plus haut des trois à 75 mètres du sol.

L’entrée des parcs est payante (12 AUD il me semble) sauf pour le Diamond Tree, mais comme nous avons notre pass à l’année dans les parcs nationaux du Western Australia (que nous devons renouveler d’ailleurs début du mois de mai pour la somme de 88 AUD), nous y pénétrons sans nous poser de questions.

Nous opterons pour celui qui semble vraiment transpercer les cieux, celui de 75 mètres. Enfin, juste pour moi car Janaïna a le vertige. Je vous avouerais qu’une fois arrêté sur le parking, je faisais moins le “kéké” à l’idée de grimper à cet arbre. Oui parce que je ne vous ai pas dit mais pour y monter, il faut utiliser des tiges en fer fixées tout autour du tronc et il n’y a aucun équipement de sécurité. Donc il faut simplement s’aider de ses petits muscles pour effectuer l’ascension mais aussi pour redescendre. Je m’y aventure donc, et accède à la première plate-forme de 25 mètres. Je pensais que ça serait vraiment compliqué mais le cerveau a cette capacité à tirer le meilleur de notre concentration pour faire les choses les plus folles, je continue donc en regardant Janaïna devenir de plus en plus petite. Et une fois arrivé au sommet, j’apprécie la vue qui vaut vraiment que l’on se dépasse mentalement et physiquement.

La descente a été plus rapide, et je rejoins ma chère et tendre pour continuer notre exploration des lieux. Nous ferons un détour au point “The Cascade” avant de reprendre la route vers les côtes magnifiques de William Bay.

En effet, 2 heures de route plus loin, on y trouve la Green Pool et l’Elephant Rocks (on dirait vraiment des éléphants figés dans la roche), deux magnifiques endroits propices à la détente mais aussi à l’émerveillement.

Nous prospérons ensuite jusqu’à Albany pour retrouver nos amis belges qui espèrent trouver de meilleures opportunités ici suite au “flop” du picking. Nous passerons la soirée avec eux (nous trouverons une douche chaude à Emu Point, c’est toujours utile pour ceux qui nous lisent) et iront dormir à la frontière nord de la ville pour repartir le lendemain matin pour une journée sportive. En effet, à 80 kilomètres au nord d’Albany, se trouve le parc national des Stirling Range, et si vous aimez les trekking, c’est un endroit à ne pas rater ! Nous optons pour la montée du mont Toolbrunup et non celle du Bluff Knoll (qui semble payante). Nous serons sur le deuxième plus gros pic du parc national (1052 mètres d’altitude) avec 4 kilomètres à parcourir (aller-retour).

Nous nous renseignerons ensuite pour apprendre que l’ascension de cette petite montagne est de grade 5, et nous comprendrons pourquoi au vu des nombreuses roches que nous devions escalader par moment. Mais faut avouer que le jeu en vaut clairement la chandelle car les vues sont totalement époustouflantes !

Nous voulions mettre le cap sur Esperance, le MUST SEE de l’Etat du Western Australia mais il fallait encore faire 5 heures pour y parvenir et le truc c’est que nous devions être rentrés pour le lendemain dans la soirée car nous n’avions que 3 jours de repos. C’est une déception pour nous, mais ce sera l’occasion d’y retourner un jour ou l’autre… Nous faisons donc cap sur la ville d’Hyden où se trouve la célèbre Wave Rock. Nous trouverons une autre douche chaude (hyper bienvenue après le trekking) à Lake Grace et irons dormir à quelques kilomètres de là, sur le bord d’une route car la nuit tombe très rapidement.

Après avoir payé 10 AUD pour le parking, nous nous approchons de cette formation rocheuse naturelle qui ressemble à s’y méprendre à une vague tout droit sortie de l’océan. De quoi reproduire la photo hyper cliché ! Nous terminerons la balade sur les hauteurs des roches et apprécierons cette vue somme tout assez plaisante.

Malgré le trajet un peu longuet, nous quittons cet endroit avec le sourire. Nous laisserons notre ticket de parking à un couple d’australien qui vient d’arriver sur les lieux, ils insisteront pour payer la moitié du ticket ! Sur la route du retour, rien de bien particulier à souligner si ce n’est le fait que nous sommes passés par une ville qui se nomme Wagin et qui affiche clairement une sculpture de bélier aussi grande que kitsch en plein milieu de la ville. La photo est incontournable ^^.

Les derniers jours à Margaret River sont synonymes d’au-revoir, nous passerons une agréable soirée après mon service de plongeur avec quasiment toute l’équipe du restaurant Arc of Iris, ferons nos adieux à nos collègues du Quality Inn, j’irais même faire un dernier picking où j’aurais la chance d’immortaliser notre rencontre avec “Qui“, notre responsable vietnamien qui nous aura bien fait rire avec son accent. Enfin, nous passerons une dernière soirée avec Caralynn (du HelpX) et Aïcha sa fille, dont c’est l’anniversaire. Les autres français que nous avons rencontré, nous leur disons simplement à bientôt car nous migrons tous dans le nord (la saison étant terminée) et parce que nous recherchons de la chaleur, et ça se passe là-haut ! À bientôt :).

Découvrez notre page YouTube

  • YouTube

Venez nous rejoindre sur Instagram