En route pour Kintamani où l’on se prépare mentalement pour gravir le mont Batur ! La route n’a pas été la meilleure partie de l’escapade tant les routes sont étroites et sinueuses pour arriver dans la ville où se font quasiment tous les départs de l’ascension (la ville culmine à 1470 mètres). Surtout qu’avec notre 4×4 de fortune, faut redescendre en première pour espérer atteindre les côtes et c’est pas faute d’appuyer sur l’accélérateur ! Nous avons même fait demi-tour sur une portion de route car elle était trop pentue et abîmée, et ça aurait relevé du miracle si nous avions atteint le sommet…

Bref, nous arrivons à Kintamani, il fait pas très beau mais les nuages sont à flanc de montagne ce qui rend le lieu plus agréable. La route principale semble déserte, au premier abord, rien d’attrayant dans ce petit village mais c’est d’ici que partent les excursions. Pour l’hébergement, c’était plutôt compliqué à trouver ! Le guide du routard proposait quelques endroits où passer la nuit mais les notes sur TripAdvisor étaient juste catastrophiques (merci le routard pour ces conseils avisés !). Mais il semblerait que chaque hébergement en ce lieu ne soit pas super accueillant ni même propre, à moins d’y lâcher son PEL. Nous trouvons quand même le “Madu Sari Hotel & Restaurant” qui ne paie pas de mine mais qui fera l’affaire (quand même pour 27 € la nuit…, mais nous pensons qu’il y avait très peu d’offres à cause de la période à laquelle nous y sommes allés), des Français y résident au moment même où nous arrivons (ils sont finalement restés 10 jours, ils doivent être férus de trekking… ou simplement fous d’y rester tant de temps) et c’est grâce à l’hôtel que nous ferons l’excursion le lendemain (55 € pour nous 2, petit déjeuner et guide compris). Avant de nous coucher, nous irons manger au restaurant de l’hôtel, il doit y avoir une soixantaine de table mais nous sommes les seuls à manger. L’ambiance y est tellement glauque qu’on se croirait dans Shining… L’angoisse ! Bref, nous expédions ce dîner avant le réveil hyper matinal qui nous attend.

Il est 3h30, un chauffeur nous attend devant l’hôtel, nous allons chercher un autre couple pas trop loin et nous nous rendons directement au bas du mont Batur où se trouve le départ de l’ascension. Une multitude de mini-bus et de voitures s’y trouvent, et des guides à la pelle attendent les touristes esseulés. Je ne sais pas si certains ont déjà réussi à s’y aventurer sans guide, mais il semblerait que ce soit une vraie “mafia” (d’après plusieurs articles lus sur la toile). Un jeune homme d’à peine 18 ans fera office de guide et c’est dans la nuit noire qu’on lui emboîte le pas. Les premières minutes sont sensiblement faciles, et nous observons d’ores et déjà des centaines de touristes gravir le mont Batur (plusieurs lampes torches scintillent au loin – on croirait voir une armée de lucioles en file indienne -, d’ailleurs le guide vous en procure si vous n’en avez pas, ce qui était notre cas). Et c’est finalement 1h30 sans plat qui vous attend, avec de la roche plus ou moins glissante. Pour les plus entraînés et les plus téméraires, ce sera sans doute de la tarte, mais pour les autres, de nombreux arrêts seront nécessaires si vous souhaitez reprendre votre souffle ! Au fur et à mesure que nous montons, le soleil avale l’obscurité et laisse place à l’aube qui, arrivés au “1er sommet”, dévoile un paysage magnifique.

Par contre, c’est la cohue, on souhaite vous vendre boissons et friandises et dès qu’on vous servira votre petit déjeuner, faites y gaffe, plusieurs singes essaieront de vous le piquer ! Prenez le temps d’admirer la vue sur le lac Batur, amusez-vous avec les singes sans pour autant les provoquer (ce que beaucoup de guides feront…).

Admirez les cheminées d’où émanent fumée et chaleur (oui car la dernière éruption du mont Batur ne remonte qu’à l’année 2000) et si vous êtes courageux, une autre ascension vous attend pour monter encore plus haut (notre guide s’est juste barrée avec l’autre couple et sans nous, donc nous sommes restés au 1er sommet).

Qui dit montée, dit descente, plus acrobatique cette fois car comme je le disais, le chemin est glissant avec les roches volcaniques. D’ailleurs, on peut voir les vestiges de la dernière éruption stoppés par la montagne d’en face.

Finalement, nous descendrons en moins de 45 minutes (si ma mémoire est bonne) mais les genoux ont pris un sacré coup ! Nous pensions faire un tour au lac Batur mais pas du tout… C’est donc plutôt intéressant et beau à voir mais les guides ne sont pas forcément les plus gentils ou juste par intérêt, évidemment.

Une fois rentrés à l’hôtel, nous ferons une petite sieste pour rattraper cette nuit écourtée et irons manger dans un restaurant (autre que celui de l’hôtel) pour se délecter d’un bon repas local, le Gado-Gado face au mont Batur (salade de légumes croquants nappés d’une sauce aux arachides), miam !

On vous laisse ici, et on se retrouve à Lombok, l’île à l’est de Bali, plus sauvage et encore préservée du tourisme de masse. See you !

Découvrez notre page YouTube

[cn-social-icon width=”128″ selected_icons=”4″]

Venez nous rejoindre sur Instagram 

[instagram-feed]